• Article de Loupzen

     

    Divagations et vagabondages après la lecture de l'œuvre de Clarissa PINKOLA-ESTE.

    « La Femme Sauvage archétypale est la patronne de celles qui peignent, sculptent, dansent, pensent, prient, cherchent, trouvent .Elle est absolument essentielle à la santé de l'âme et de l'esprit des femmes. »


    Elle est souvent appelée « La Femme qui court avec les Loups »

    J'ai dans ma vie une femme qui court avec le Loup, trop orgueilleux pour songer un instant qu'elle ait partagé la course avec un autre Loup.

    C'est ce que l'écrivain PINKOLA-ESTE nomme  à juste titre : 

    LA FEMME SAUVAGE

    Pour bien comprendre le sens de ce texte, ne nous méprenons pas sur l'appellation sulfureuse de femme sauvage.
    Arrêtez de gamberger en échafaudant des scénarios pas possibles que seul le cerveau d'un humain sente le plaisir de faire.

    Cette femme n'échappe pas à ce terrible destin qui est de sacrifier sa force créatrice pour ne se préoccuper que des autres.
    Elle se tue à petit feu dans des tâches inutiles, répétitives, c'est une malédiction qui la suit, transmise de générations en procréations.

    J'ai assisté impuissant à la « non-naissance » de ces femmes sous quelques cieux, trop embourbées dans le monde gluant d'un ou d'une autre, asservie et avilie dans des taches subalternes parce que c'est une question de tradition.
    J'ai trop vu dans mon entourage, des femmes qui auraient dû courir avec les Loups, mais, qui au nom du sacre-saint serment de servitude appelé mariage, laissaient partir à l'appel du Loup, tous leurs rêves et leurs espoirs d'être un jour « soi-même ».

    Parler de cette liberté commence à faire bouillir les neurones des pommés, je veux dire de 90 % de la populace.

    Femme Libre ça veut dire quoi ?

    La femme qui court avec et non après les Loups ( ne confondez pas!) n'a rien d'une féministe endiablée, ni d'une « femme libérée au lit mais, enchaînée aux autres »
    Ce détail est capital dans la compréhension de son univers.

    Elle court en compagnie des Loups solitaires ou en meute. Ses chevauchées initiatiques n'ont rien de réelles .

     L'aventure commence parfois au lever du lit au fond d'une paire de pantoufles.
    Cette évasion n'a rien à voir avec un besoin d'assouvir des pulsions sexuelles hors-normes, ni le devoir de vengeance sur les hommes « parce que papa était un vicelard ».
    Vous avez tout faux si vous avez cette vision de la femme sauvage.

    La Femme Sauvage est votre plus vieil ancêtre. Elle est là en chacune de vous.
    Je suis particulièrement concerné par ce phénomène parce que la Femme sauvage se révèle et s'exprime par la création.

    Ce peut-être l'Art, mais aussi le jardinage, la cuisine, bref, toute activité où il y a le savoir-faire et le savoir être.
    C'est SON monde à elle, rien qu'à elle où elle est vraiment ELLE.
    Quand elle revient de ses verts pâturages, où pas un con ne l'a malmenée ni défiée, elle est, ressourcée, transcendée, disponible à ceux qui l'entourent.

    Il ne faut pas lutter contre ce retour dans son monde, car il est vital.
    Trop de femmes se sacrifient parce qu'on attend trop d'elles, et parce qu'aussi, elles ne savent pas dire " NON ! "
    Oui, mais en faisant cela, en n'oubliant d'être libre d'aller et de venir à votre guise, vous tuez vos forces créatrices, vous tuez qui vous êtes vraiment. Vous devenez votre propre regret.

    Pour aller à la rencontre de cette femme ce, fut un périple long et parfois douloureux où mon bras a parfois failli et mon âme rougie.

    Il s'agit d'une initiation qui est longue et épuisante. Après avoir  compris qui était cette Femme sauvage, j'ai pu le ramener dans mes steppes en laissant une porte ouverte sur d'autres mondes où librement, elle s'en irait et parfois, je lui tiendrais compagnie dans ses courses folles.

     "Faire exister notre Femme sauvage, c'est parvenir à vivre dans le monde du dessus avec notre monde du dessous. Il n'est pas question de rester sous la terre. Et lorsque l'on réapparaît, nous avons les capacités de différencier les gens et choses qui nous sont profitables, de celles qui ne le sont pas.
    Nous ne sommes plus de jeunes vierges effarouchées qui vont se faire avoir par le premier venu.
    Nous avons désormais le don de clairvoyance.(blog de SAM ELEON .OVERBLOG)"

    Cette force qui l'a sauvée maintes fois est L'animus.

     C' est la force masculine d'une femme, l'impulsion qui lui permet de concrétiser une idée.


    Vous, Femmes, n'ayez plus peur de hurler avec les loups, et de danser au clair de lune !

    Le Loup qui est un symbole, plus qu'un animal abonné à cinquante millions d'amis de Brigitte Bardot est tout indiqué de par sa nature et son style de vie pour « encourager » les chevauchées sauvages.
    Votre femme qui court avec les Loups sera en sécurité, cette dernière lui permettra d'approcher de très prés et sans se brûler, les possibilités et le potentiel qui lui ont été donnés de par sa naissance.

    Sans peurs, sans craintes, elle pourra exprimer en toute liberté le pourquoi elle est sur cette terre. Ne la jugez pas trop vite sur ses absences répétées, ses coups de folie (pour l'humain que nous sommes ) sa transformation flagrante au retour de ses coups de sang, un être nouveau se prépare à apparaître dans votre entourage... Quelle chance alors vous aurez.

    À moins qu' en ayant réussi à donner naissance à cet être nouveau, vous ne soyez pas à la hauteur de ses exigences naturelles que sa nouvelle vie impose..... Laissez-la exister en tant que telle, laissez-la s'exprimer, vous n'avez pas engagé un combat de cette envergure pour vous voir récompenser, laissez cette FEMME SAUVAGE COURIR AVEC LES LOUPS... 

     


    3 commentaires
  • Article de Loupzen

     

    Nourrir le corps c est bien, mais alimenter son esprit plaît aussi !

    En marge de la parution de mon ouvrage sur la cuisine des gens du voyage, j'apporte de l'eau à mon moulin, quoique le vin fut préférable, qu'importe la façon pourvu qu'apprendre ne cesse .

    Bonjour à vous visiteurs d'un soir, que vous soyez entré par curiosité, parce qu’une douce odeur de ripaille vous y ait forcée ou sur les conseils d'un ami, soyez les bienvenus en ces lieux

    Gourmand quand l'occasion se présente ou Gourmet assurant sa passion, à la lecture de ce livre vous constaterez que les recettes exposées sont du domaine de l'' espécial ''.

     

    Cette façon de cuisiner peut vous étonner, et je reconnais qu'au début de mes tournées des  popotes gitanes, j'allais de découvertes en surprises.

    J'étais persuadé que seuls ces fous de '' romanos '' avaient les capacités d' inventer et de manger ces plats....Erreur !

     

     Récemment j'ai eu le loisir et le plaisir de faire la connaissance d'un faiseur de repas à bases de recettes de cuisine antique Grecque et Romaine..un puriste, disciple de Pline l'Ancien.

     

     Le père Pline avait eu cette phrase célèbre : «  aucun livre n'est si mauvais qu'on en puisse en tirer quelques profits ». il devait parler de mon livre j'en reste persuadé !

     J'ai donc recherché dans un recueil de recettes anciennes, les correspondances de préparations avec les recettes des Gens du Voyage exposées dans mon ouvrage

    Surprise de taille, vous allez pouvoir en juger.

     A table !

     

    Cote de bœuf grillée aux anchois et pas folle la guêpe ( recette de Dédé dit la Guêpe )

    De la viande grillée au feu de bois, accompagnée d'une sauce faite d'anchois au sel et de gousses d'ail pilées .

     

     Tétine de vache au vert jus et Tétine de vache ( recette de Michel père d' Isabelle la Gitane )

    La tétine une fois cuite est coupée en morceaux puis placée dans un chaudron avec du beurre et accompagnée de persil, de cébettes et de champignons.

    Un bouillon fait de moitié d'eau salée et de vin blanc est porté à ébullition.

    Les morceaux de tétines sont jetées dans cette préparation qui recevra en fin de réduction du jus de raisins vert.

     

     Canard à la broche et la danse des canards ( cuisson à la schilpz )

    Les canards sauvages ou domestiques sont enduits d'une sauce à base de miel, qui servira à les arroser durant la cuisson. Ils sont présentés «  debout » devant un brasier.

     

     Frites de panisses et Kalentica

    A l 'époque romaine pas de patates  Triste époque !!

    Les frites étaient faites avec de la farine de pois chiche, trempées dans l'huile bouillante et salées.

     

     Polenta de châtaignes et pulenta corse ou la polenta des gros bras

    Les châtaignes ont souvent remplacé le pain, elles étaient aussi servies sous forme de bouillie'' qui tenait au corps ''.Cette polenta était accompagnée de saucisses grillées ou de truites au feu de bois.

     

     Je ne ferais qu'un brève passage et donc un arrêt minute sur les poules et poulets.

    Je crois que de tous les temps ces gallinacés ont été préparés à toutes les sauces. Qu' elles étaient été rôties, bouillies, fourrées ou grillées ces pauvres bêtes ont été présentes sur nos tables accompagnant nos repas au travers des siècles écoulés.

    J'ai découvert une pratique qui avait encore son mot à dire de nos jours dans la famille de mon épouse.

    L' Ancien, bien qu’il ne soit pas un Pline, se régalait de petits moineaux qu' il cuisinait dans une grosse pomme de terre ou sur une tranche de pain grillée.

    J'ai retrouvé cette recette, sans la patate encore inconnue à cette époque.

     

    Brochettes de Becfigues ou de Mauviettes :

    On les mange en automne et durant l'hiver, saisons ou ces oiseaux sont les plus gras. Passez ces oiseaux à la broche sans être vidés, simplement plumés et flambés.

    Enlevez le gésier, puis posez des tranches de pain sur le lèchefrites pour recueillir le jus de la cuisson et enfin servir sur les tranches de pain.

     

    Omelette d'asperge ou de pissenlits – recette des TINKERS d'Irlande

    Les asperges ou fleurs de pissenlit étaient ébouillantées pour ôter l'amertume, puis incorporées dans des œufs battus

    La galette était cuite sur les deux faces pour obtenir une omelette sèche.

     

    Des idées pour les fêtes de fin d'année ? Il y a loin de la coupe aux lèvres... de même, si ces  nouveautés  troublent votre « manger au quotidien » dites vous bien que rien ne vous oblige à tester ces recettes....votre estomac vous dira MERCI.

     

     


    votre commentaire
  • UN ARTICLE DE Loupzen

    A TOUTES CELLES QUE J AI AIMEES'' A VENT''

     Au firmament du Panthéon des faiseurs de sons, la trompette est la reine, qu'elle soit victorieuse, mélodieuse,rieuse ou prétentieuse elle accompagne les grandes étapes de nos vies.

    D’autres instrument se livrant à  « cors perdus » ont eu moins de portée dans la grande histoire des instruments à vent.

    Ces instruments m’ont accompagné tout au long de ma vie, car de faire le« son» a toujours été pour moi une priorité.

    Question de vents, je connais bien la provenance de certains.

    Faire ici état des effets perturbateurs des Phaseolus vulgaris serait déplacé, voir même porter atteinte à la réputation de la bonne ville de CASTELNAUDARY dans l’Aude . … Le souffle d' AUTAN autant en emporte les vents mauvais.

    Il y a des vents contraires. Ceux provenant du golf du Mexique devraient faire rougir les oreilles d’un Mickey ou d’un Donald nommé TRUMP.( dans le sens tromperie ).

    En proie à des cauchemars quand il entend souffler des mariachis, il veut élever un mur de « Lamentables-actions » (jeu de mots !) .

    Mes goûts, en matière de sonnerie se positionnent plus à l’Est, ils sont Slaves… je préfère par nature quand l‘Ut est Russe ce qui m’éloigne des joueurs de pipeau et autres flûtes baveuses. J’aime, de par mes origines, les ‘‘Taraf et les Boukovo '' tziganes.

    Les périodes d’élection ont vu se constituer des chorales et entendu de sacrés couacs.

    Des trompettistes virtuoses ont changé de registre pour nous jouer du pipeau…. il faut, en ces moments là, être éclectique : souffler sur la braise pour nous servir la soupe chaude et nous bourrer le mou au son du pipeau….A table…! la soupe à la grimace est servie, nous allons en manger durant les cinq prochaines années.

    J’ai le souvenir d’une « à vent » qui a bien failli jouer en sourdine. Ce mineur jouant en sous-sol deviendra majeur grâce à une émission de télévision.

    Je vous fais le pari que vous n’avez pas fait le rapprochement entre Jacques le Mineur et Jacques le Majeur .

    Pour les anciens :

    Maurice ANDRE, mineur de fond et extraordinaire joueur d’un instrument à vent, jouait des mélodies en sous-sol lorsque une note échappée s’est élevée au ciel reprise par un Jacques nommé CHANCEL  dans son émission Radioscopie.

    Le perfide Loup que je suis a tout de suite fait le rapprochement entre la radioscopie et la maladie des mineurs la « silicose ».

    Fallait il que le jacques Chancel ait du souffle pour proposer un dépistage en live....prémices de la télé-réalité ?

    Qui a bénéficié de cette chance ? Le trompettiste, le Jacques ou l’auditeur ?

    non c’est l’instrument de notre bonheur…. et je chancelle au fait d’imaginer ce qu’aurait pu devenir ce génie de la soufflante si ce CHANCEL s’était prénommé Annie ! (nom patronymique de la chanteuse SHEILA).

    Vous connaissez ce titre : le Facteur sonne toujours 2 fois. Cela me rappelle ce que disent les cht’is en parlant de leur région : « on pleure toujours 2 fois… :

    1 fois en arrivant et 1 fois en partant ».

    C’est alors un heureux compromis entre :

    - la Trompette guerrière qui sonne l’heure du combat.

    - la Trompette chevaleresque. Ce que le caporal ‘Casse-Pompom de J. BREL nommait :  la trompette en uniforme (voir:https://youtu.be/zuGhKJlDRgw.)

    Sa réputation n’est plus à faire et sa renommée est grande.

    Georges  BRASSENS. (trompettes de la renommée vous êtes bien mal embouchées ) Il citait «  Sonneraient-elles plus fort, ces divines trompettes,
    Si, comm' tout un chacun, j'étais un peu tapette, 
    » .DIEU nous garde de ces révélations et continue à faire souffler ses angelots au plafond des chapelles qu'elle soit Sixtine ou tout autre le sexe des anges n'est pas à portée de nos mains.

    Le doux et délicieux tourment de bien des hommes pourrait fort bien ressembler à : FAMA dépeinte par l’Artiste comme la femme à la robe retroussée, ailée et soufflant dans une double trompette.

    C’est alors synonyme : du bruit qui court . La rumeur issue des trompes de Falope  serait (suivant la rumeur) une sacrée… l’arroseur arrosé en quelques sortes.

    La fonction crée-t-elle l’organe ?

    ..pas si sûr que cela... SATCHMO… vous connaissez ? Dipper mouth ?…toujours pas ?…je vais vous mettre sur la piste :  Hello Doly ...

    Louis ARMSTRONG alias  « bouche de sacoche » Cette particularité anatomique de sa bouche l’a aidé à devenir un des plus grand trompettiste de jazz.

    Quand à cet instrument magique, il a été son sauf-conduit pour sortir des ghettos miséreux de la NOUVELLE ORLÉANS .

     

    La trompette vous mènera à tout…. à condition de vous en servir.

    La preuve en est dans les très sérieux écrits relatant une balade au claire de lune au pays de de Canaan, relaté dans le livre de Josué, où le peuple d'Israël fait sonner ses trompettes sous l'enceinte de Jéricho dont l'accès leur était interdit. Ce son fit tomber les murs de la ville.

    La trompette ne caracole pas en tête des hit-parades des instruments que nos chères têtes blondes aimeraient apprendre… et c’est tant mieux !

    Soyez d’une réelle franchise… au Noël dernier.. qui a eu l’idée à la con d’offrir à votre petit dernier cet instrument de musique qui vous fait palpiter le cœur à chaque fois qu’il s’en sert !

    « Ah dis, vas-y, rejoue-moi-s’en …d’la trompette »

    Manque de peau (j’ai essayé de faire un effet avec cette expression… pour un tambour… oui c’est possible !) ou d'appeau, disais-je, la tromperie de la trompette s’est avérée flagrante, car l’instrument était en bois.

    Qu’avait-t-il bu pour avoir la gueule de bois au point de ne pas s’apercevoir que l’instrument était en bois !

    J’ai une partition en réserve, figurez-vous que les religieux de tous horizons confondus ont tiré à eux cet instrument…

    Je reviendrai vous en jouer un air ou deux….car eux ils ne manquent pas de souffle.


    3 commentaires
  • Article de Loupzen

     

    La Liberté d'entreprendre, la capacité de comprendre et la possibilité de surprendre.



    J’écris pour que les rencontres fortuites qui me mèneront à vous, restent gravées dans votre esprit  ; Elles vous feront découvrir le chemin qui mène à des mondes nouveaux, présents sous vos yeux et que vous ne voyez pas.

    Cependant, bien qu’étant jeune observateur des réseaux tentaculaires de ’’ l’Inter pas toujours très net’’ force est de constater que l’intérêt de la lecture va en s’amenuisant.

    Je note une certaine fainéantise à lire.

    Le poids des mots et le choc des photos ne font plus recette et ont été remplacés par l’affreuse et dégradante vidéo-télé-réalité….tout est pré-mâché, pré-digéré, il ne vous reste plus qu’à avaler….. c’est du binge-drinking sous forme de coït littéraire…..autres temps, autres mœurs, autres lecteurs.

    Je me situe à contre courant des tendances qui voudraient que soit remplacée l’expression écrite par la lecture optique de ce que nous avons à dire …. terrible mal entendu !Nous vivons tous dans un monde de communication, mais à lire les commentaires sur vos blogs, une effarante constatation saute aux yeux 

    « vous ne profitez pas de votre liberté »

    ENTREPRENDRE :

    A quoi çà sert que Ducros se décarcasse si vous n'usez pas de ce cadeau qui est encore gratuit (pourvu que cela dure!).

    Ce blog LA GAZETTE vous ouvre la voie de faire entendre votre voix, The Voice en quelques sortes.

    Que vous faut-il ?

    1 ordinateur...je sais, je sais le d'jeune dit : 1 PC

    1 AFK si vous avez moins de 15 ans...oui Papy c'est un clavier AZERTY.....

    L'envie d'avoir envie.

    L'envie de quoi ?.....mais d'exister, de ne plus subir, de faire entendre les clic-clics de vos doigts sur ce Fucking Keyboard.

    Alors, vous plongez dans la mêlée, les manches retroussées, les mains dans le cambouis....vous osez ….enfin..mais pas avec n'importe quel langage car, avant de parler avec vos mains, soyez assurés que d'autres mains vous écoutent.

    COMPRENDRE :

    Vous adoptez Un noob, un fake ou un flood.(langage utilisé par les Geek). ?

     Parce que le « parler wow », c'est vraiment un langage à part, presque un dialecte.

    Pour preuve, cet extrait :

    « Personnellement, je préfère le spell power au gemmage intell parce que la manapool d'un pala heal est déjà amplement suffisante. »

    Ce à quoi, son interlocuteur lui a répondu :

    « TALC» ( topic à la con » ou « truc à la con 

    « TLDR » too long ; didn't read (« trop long, [je n'ai] pas lu »), . Est aussi souvent utilisé par courtoisie comme titre d'un résumé synoptique minimal fourni par l'auteur d'un post, jugé trop long.

    Étonnement légitime de l 'internaute :
    « LMAO ! » ou si vous préférez : laughing my ass off (« (je) ris à ce que le cul m'en tombe »)
    et de rajouter.....là on sent poindre l'agacement :
    « Le tout combiné au libram qui réduit le coût en mana de Lumière sacrée, la glyphe du sceau de sagesse, et le bonus quatre pièces T7, ça nous permet totalement de nous lâcher et de ne plus faire attention à l'over heal. ».
    Se sentant « disapointed » par cette attitude pour le moins belliqueuse, le couperet tombe la surenchère de l'analyse sémantique ne se fit pas attendre :
    « CTB» ( comme ta bite ) se rencontre souvent après un adjectif décrivant une taille, le plus souvent petite
    NB : nota bene Ici, je traduis pour un lecteur n'ayant pas encore atteint la majorité  lui octroyant la permission de lire les « lapins crétins »et qu'il ne s'imagine pas qu'il faille qu'il '' Note, le Benêt '''
    il s'agit d'une discussion entre deux jeunes gens, la bite étant un instrument masculin de mesure pour savoir celui qui pensera le plus loin .
    Atteignant le paroxysme dans la manière ''cromagnonique'' de s'exprimer, une volée de bois vert s’abattit sur le réseau du Net :
    « GTFO » get the fuck out! - vulgaire - ( dégage).

    « P911 » parents 911 (« je pars quelques instants, mes parents arrivent », aussi utilisé dans les MMORPG), 911 étant le numéro d'appel des urgences aux USA.

    La suite me laissa pantois :

    « AWAY FRON MY KEYBOARD(ne suis plus devant le clavier / suis absent ).

     

    « IDC » I don't care (« ça m'est égal », « je m'en fiche »).
    Je me disais : quel malotru, quel étrange comportement entre ces jeunes qui sont l'avenir de notre pays.
    Au fil de la conversation (si ,si je vous assure c'est une conversation !) j'appris qu'il s'agissait d'un neveu compliant .
    IRL il était GSNALF...ceci explique pourquoi ! A toutes et à tous je vous dis :
    « Prince de LU [hfr] »


    IRL ² = In Real Life (dans la vraie vie) il est .GSNALF = Gars Super Nul Avec Les Filles. C'est un Neuveu compliant = Expression faisant suite à un post de Max Evans sur le topic des images étonnantes. Suite à une image "choquante" (une femme nue et tatouée), il s'était plaint que son neuveu (la faute est d'origine) avait été "choqué" en voyant la photo.

     

     

    = Bonne nuit. Par l'extrapolation suivante : Bonne Nuit => BN => Choco BN => Un autre biscuit au chocolat => Prince de LU. 

     

    Faut-il peaufiner les textes non pas dans le fond mais dans la forme, faut-il les rendre buvables et acceptables pour tous les yeux, s’il faut aseptiser nos écrits le risque de les rendre insipides deviendra «  tendance  »…tous sous le même joug, dans le même moule, formatée et pasteurisé…si cela avait été, nous n’aurions pu nous rencontrer….quel dommage.

     

    A ce sujet, j’ai fait des expériences, j’en conclue que lorsque vous avez quelques chose à dire et que vous manifester l’envie de le faire connaître sur la place publique, il y a beaucoup d’appelés et pas beaucoup d’élus, en quelque sorte un prêche dans le désert… surtout quand on ne vous a rien demandé.

    Alors rassuré ? Pas encore . Persistez et signez par votre présence le plaisir que vous avez eu à vous étonné et à SURPRENDRE les autres .


    votre commentaire
  •  

    Article de Loupzen



    Je suis le complice parfait et pourtant mal traité par tous ceux qui un jour m’ont utilisé.

      Après avoir eu la vedette et connu des instants de gloire

      c’est dans le fond d’une poche ou le recoin d’un tiroir

      que j’attendrai à nouveau que l’on vienne me voir

      Je pourrai ainsi retrouver l’utilité qui fit ma gloire.

     

    Mes ancêtres : tire-balle ou  tire-bourre servaient d’ustensiles à des imbéciles qui préféraient s’entre tuer et tirer des coups. Il faudra attendre des siècles plus tard qu’un anglais ingénieux m’offre l’opportunité de briller en société.

      La main du maître qui saura m’utiliser pour qu’enfin mon utilité soit reconnue, je la bénirai bien volontiers, sachant que grâce à ce tour de main,  je rendrai sa liberté à des saveurs dans une bouteille retenues..

      Les yeux fermés, les paupières closes, je les imagine réunis autour de moi, attendant de mon ultime effort, que ce son si particulier d’un bouchon que l’on retire et qui saute semblable à une détonation d’un starter, donne le top départ à des coureurs du « tour de taille ».

      Pour quelques instants encore je suis la vedette, l’unique objet important du moment avec lequel il faut compter. Tant que je suis indispensable, ma véritable place est sur la table, après, ma renommée dépendra de la dextérité de son utilisateur..  J’en ai connu des fanfarons qui se faisaient passer pour des pros. mais qui me faisaient supporter le manque de savoir ouvrir.

      Je suis pourtant le garant des qualités d’un vin ainsi conservées au fil des années et pour vous les offrir je suis l’objet qu’il vous faudra savoir utiliser, alors que d’une capsule métallique, quels secrets peut-elle bien offrir ?

      Car pour bien m’utiliser encore faudrait-il savoir qui je suis et de quel pays sont mes origines.

      J’ai des cousins dans quasiment tous les pays d’Europe. Dans l’ensemble, et par comparaison à l’Angleterre, l’Allemagne, la France, les États-Unis, les brevets belges de tire bouchon sont rares.

      Quelle tragédie pour mon cousin Belge… ne pas s’en servir pour tirer des bouchons de «LIÈGE»,  jeu de mots….

      « Messieurs les Anglais, tirez les premiers » cri de lèse majesté, le vin serait-il le nectar réservé aux uniques français ?

       Il semble bien que ce soit un Anglais, le Révérend Samuel Henshall, qui ait déposé le 25 mai 1795 le premier brevet d’invention. le premier brevet français date de 1828, et en Allemagne il a été attribué en 1877.

      C’est un problème de stockage et de circulation qui firent de moi l’instrument parfait pour résoudre les problèmes que posaient les bouchons… déjà à l’époque !

      Au XVIIe. siècle à l’ère industrielle, les anglais qui élevaient leurs vins en bouteille dites  » en bulbe d’oignon  » choisirent des flacons de forme cylindrique, pour des questions de stockages. Le col effilé nécessita pour une meilleure étanchéité un bouchon de liège aux cotés parallèles.

      Mon ancêtre découvrit enfin un compagnon idéal. Au fil du temps ils surent s’adapter : lévogyre pour les gauchers et dextrogyres pour les droitiers, « gaucho » ou « argentin » parce qu’ils chevauchent le bouchon, avec étui de poche ou « sommelier » lorsqu’il sert dans un restaurant, puis limonadier lorsqu’il est l’adjoint d’un décapsuleur.

      Une menace pèse sur ma descendance, la capsule fait son apparition,  confirmation que l’homme est en pleine décadence.


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique