• Le livre

    J'ai l'autre jour, un livre pauser sur min étagère. Un bel ouvrage à peine acquit, reluire de cuire, papier jaunie par les âges, un tissus de soie rouge pour marque-page et l'odeur du papier ancien. Il détonnait sur l'étagère pourtant nul doute qu'il y avait sa place. Ce livre, je ne l'ai pas ouvert, je l'ai garder jusqu'à mon anniversaire ainsi que le vendeur me l'avait demander.

    Le 18 du dixième mois de l'année, j'ai ouvert le livre, je commençait à le parcourir, avide d’aventure, lorsque je vit, coincé entre les pages, posé là juste pour moi, à m'attendre, un trèfle. Pas n'importe le quel, il avait quatre belles feuilles. Un porte bonheur. Je tournait alors une autre page, puis une autre et encore une. Entre chacune des 233 pages du livre, il y avait un trèfle et un à un, je les aient pris. C'est alors que je suis arriver à la dernière page et dessus, en grosse lettre, écrit à la main d'un écriture digne d'un calligraphe, il y avait un mot : "la chance sourit au chanceux et ceux-ci peuvent sourire au malheureux". Alors j'ai pris les 233 trèfles et je suis aller dehors les donner aux gens que j'ai croisés. Je n'en ait garder aucuns, je n'en avait pas besoin.


  • Commentaires

    1
    Vendredi 22 Novembre 2019 à 18:08

    C'  est  presqu'une  parabole  avec  son message  subliminal !

     Passe  une bonne soirée

     Bisous

     

    2
    Samedi 18 Avril à 17:37
    Un tel chef d'œuvre ! Sa ne m'étonne pas de toi ma libelouche ♥
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :