• La sérendipité

     Article de LoupZen

     

     

    La sérendipité

    C'est une découverte, dans de nombreux domaines qui peut être due à des circonstances imprévues.

    On peut trouver quelque chose que l’on ne cherchait pas… Ou trouver autre chose que ce que l’on cherchait, par chance ou accident.

    Parmi les nombreux exemples de découvertes et inventions liées au hasard, figurent notamment le four à micro-ondes, la pénicilline, la dynamite, le Post-it, le Téflon, l'aspartame, le Viagra, ou encore le super-amas galactique Laniakea.

    Mai aussi :

    La structure de l'ADN, l'aspirine, le principe d'Archimède, le chlorure de vinyle, les édulcorants intenses, le nylon, le LSD, le polyéthylène, les rayons X, le Velcro, la vulcanisation.

    Autres exemples liés à des hommes

    Gutenberg : Il cherchait depuis au moins 1448 à résoudre un problème et n'en trouvait pas la solution. Comment imprimer sur du vélin ou du papier les caractères mobiles qu'il avait inventés par ailleurs ? Un jour, vers 1450, durant les vendanges, la vue d'un pressoir à vin lui donne l'idée de la presse à imprimer. Il avait trouvé ce qu'il cherchait lorsque les circonstances l'eurent placé au bon endroit au bon moment. L'invention était inévitable. S'il ne l'avait pas faite, elle aurait été faite par un autre.

     

    Charles Goodyear : Il cherchait depuis cinq ans un moyen de stabiliser le latex. Par maladresse, il fait tomber un mélange de latex et de soufre sur un poêle.

    1.  

      Christophe Colomb : Il cherchait un chemin pour aller en Chine et au Japon, un chemin plus court que celui de Marco Polo, un raccourci. Il se trompa de 10 000 km — « lumineuse erreur » et découvrit par hasard — mais toutes les îles ont été découvertes par hasard — l'île de San Salvador, antichambre des Caraïbes, elles-mêmes antichambre du continent américain

      James Clerk Maxwell : Un chercheur travaille sur un problème et cherche à trouver une solution. Mais durant le processus de réalisation de la découverte attendue, le chercheur tombe sur une trouvaille totalement inattendue. L'intention de Maxwell, en développant sa théorie électromagnétique, n'était pas du tout d'expliquer la lumière. Mais, alors qu'il avançait, il fut surpris de constater que la vitesse des ondes électromagnétiques était la même que celle de la lumière.

       

      Galilée : Il avait perfectionné la longue-vue terrestre des Hollandais jusqu'à en faire une lunette astronomique, ceci pour voir de plus près les étoiles connues. Quand, en 1610, il la braque vers le ciel, c'est pour faire une suite ininterrompue de découvertes imprévues de corps inconnus : la Voie lactée, les satellites de Jupiter.

       

    Malchance, étourderie, maladresse ou simple hasard peuvent être le point de départ de l’invention de grandes recettes.

    la sérendipité, un concept qui ne s’applique pas seulement à la science.

    J'ai choisi volontairement quelques exemples de « sérendipités » que nous retrouvons quasiment tous, dans notre vie de tous les jours.

     

    D' après Henri Kaufman dans : Tout savoir sur la sérendipité

    c'est à une maladresse des sœurs TATIN (Caroline et Stéphanie), aubergistes à Lamotte-Beuvron en Sologne vers 1898, que nous devons la tarte TATIN.Dans la hâte précédant l'arrivé de nombreux clients de l'auberge, l'une d'elle fit tomber une tarte aux pommes. Les sœurs TATIN ramassèrent la tarte en la remettant à l'envers dans son moule, et la repassèrent au four. La délicieuse tarte caramélisée qui en résulta assura leur célébrité.

    Le Nutella :

    L’histoire remonte à 1946 et doit sa légende aux restrictions d’après-guerre, dans une Italie en crise. Pietro Ferrero, un pâtissier rêve d’un gâteau à base de ganache au chocolat. Allez dénicher du cacao en pleines restriction, Pietro tient à sa ganache et remplace une partie du cacao par des noisettes broyées, dont sa région regorge.

    Le Carambar :
    En 1954, au cœur de l’usine de Chocolat Delespaul-Havez à Marcq-en-Barœul, une machine produit du caramel en barres.Il se produit l’accident une dose de cacao atterrit par accident dans la machine. Le résultat est un hasard, et la machine à barres de caramel créa le mélange cacao et caramel entré dans l’histoire du bonbon français !



    le Coca-Cola :

    Le sirop désaltérant était, à l’origine, un médicament .John Styth Pemberton, un pharmacien d’Atlanta déterminé à créer un sirop pour se désintoxiquer… de son addiction à la morphine. La recette : noix de Kola, sucre, caféine, feuilles de coca et extraits végétaux et alcool.

    La Chips :

    Elle est fine, elle est craquante, elle est dorée et bien salée 

    pierre angulaire du grignotage et légende de la patate, la chips n’a rien de banal . D ’un côté, monsieur Georges Crum, un cuisinier indien d’Amérique. De l’autre, monsieur Cornélius Vanderbilt, consommateur concerné.

    Monsieur Vanderbilt aimait ses frites bien fines. Monsieur Crum, lui, voulait bien rester patient, mais à force de se voir renvoyer les assiettes en cuisine pour cause de frites trop épaisses, il décida de donner une leçon à son client.il coupa ses pommes de terre en tranches aussi fines que possible avant de les faire frire. Inutile de préciser que la leçon fut ratée : monsieur Vanderbilt ne trouva rien à redire, pas plus que le reste de la planète !

    Vous voilà bien renseignés en consommant ces produits peut être aurez-vous une pensée profonde pour leurs découvreurs.

    C'est donc un véritable casse tête chinois que de varier les menus et c'est sans compter sur la présence des publicité débiles proposant à nos enfants si intelligents des « trucs » à bâfrer aux noms barbares qui feraient se retourner sur le gril les Antoine SAVARIN .Le snaking, «  les « Gnogno...les kiki..les gnocchis » subtiles mélange de débilités et de mal-bouffe, Kebbab, etc...

    Il en faut du génie à nos « chef(e)s étoilé(e)s que nous ne faisons pas toujours grimper au 7 éme ciel » pour qu'à l'heure du sacrifice suprême (de volaille.....allez hop ma poule!) elles nous fassent danser la polka des mandibules...de véritables chefs d'orchestres.

    Ce mot cuisinier me porte aux anges car comme ces derniers il est asexué ni masculin ni féminin mais... angélique.



    « qu'est ce qu'on mange ce soir? ».

    Phrase fatidique :

    Mais une fois encore le génie sauveur de la France du Bon goût veille au grain et munie de sa baguette magique, le Djinn (non pas celui que vous éclusez en douce en faisant fiiiz mais celui qui se cache dans la lampe que vous astiquez au Mirror) vous fera en un tour de main, le plat composé des restes de ce dimanche.

    Vos affamés auront le sourire à la main. Nos chères et tendres compagnes ont dégoté un menu qui nous met l'eau à la bouche.

    La Pizza

    Prenez l'exemple de la pizza si chère à nos artères  Le mot pizza est présent dans le vocabulaire latin médiéval en 997 avant même que le plat ne soit réellement inventé.

    Il signifie "galette" et prend le sens qu'il a aujourd'hui au début des années 1570.

    il pourrait provenir du haut-allemand ''bizzo'' qui veut dire "morceau de pain" ou du grec ''pitta ''

    . Le plat semble avoir été inventé à Naples au XVIe siècle. La pizza se présente sous forme salée, mais aussi sucrée. La forme sucrée était réservée aux élites et la forme salée au peuple. Encore une histoire de taille, de gabelle et de facture salée payée par les manants.

    Dans les années 1850, la pizza est qualifiée de mets sucré ou salé et garnie de "choses diverses". Son mode de cuisson est variable : à la poêle, au bain d'huile ou au four.

    Autre plat très connu qui, lorsque vous en découvrirez  les origines, fera grand bruit.

    C'est un plat de guerriers du sud de la France dont les origines remontent à la guerre de cent ans.

    Le cassoulet 

     C' est une spécialité à base de haricots secs, généralement blancs, et de viande. À son origine, il était à base de fèves.

    Durant le siège de  CASTELNAUDARY par les Anglais, les assiégés affamés auraient réuni tous les vivres disponibles (haricots secs et viandes), pour confectionner un gigantesque ragoût ou estofat, pour revigorer les combattants. Ceux-ci purent alors chasser les Anglais et libérer la ville.

    Déjà à cette époque la perfide Albion tentait de nous « cruncher » (terme de rugby )mais grâce à ce  cassoulet, les anglois ont été « chocolat » .



    Mon premier ouvrage d'art...culinaire a été édité par un Gaulois Nomade. Flore, l'éditrice me présente comme étant un O.L.N.I ….. un Objet Littéraire Non Identifié et m'assimile à « heureuse sérendipité », j'en suis ravi..mais de la à en faire tout un plat !


  • Commentaires

    1
    Jeudi 1er Novembre à 11:01

    je viens de découvrir ce mot !

    Je m' étais  souvent demandé  comment  les inventions  étaient découvertes, et  je me suis dit que le hasard devait souvent  être l' explication !

    Je me suis  dit aussi  qu'  l' homme n' inventait  rien,  il ne fait  que découvrir ce qui existe déjà !

     Passe une bonne journée

     Bises

    2
    Jeudi 1er Novembre à 17:50

    En ajoutant son grain de sel, l'homme transforme ce qui existait, il est alors un génie....pour les uns comme Pantashop, qui s'il n'avait pas existé, il eut fallu le transformer .... et une catastrophe pour les autres....aux quels il a piqué les idées.

    3
    Dimanche 4 Novembre à 12:26

    Ah, le hasard fait bien les choses !

    liste sympathique dont certaines sérendipité m'étaient totalement inconnue.

    Le mot lui-même ne faisait pas encore partie de mon vocabulaire, le voilà intégré dans ma bibliothèque interne :-)

      • Dimanche 4 Novembre à 17:21

        Ça dépèce, ça coupe, ça tranche, ça cuit, ça mijote, ça rôtit à toutes les pages avec humour, pétillance et charme : bienvenue dans cet OLNI (Objet Littéraire Non Identifié) qui ne se contente point d'énoncer des recettes mais ajoute une bonne dose d'histoire et d'anecdotes sur les gens du voyage. Une lecture joviale et saine, à mettre en toutes les mains.

        C'est ce que pense et écrit mon éditrice...

        je suis une SÉRENDIPITÉ mais aussi DÉPITÉ de ne plus avoir de ces nouvelles !

    4
    Lundi 5 Novembre à 06:51

    alors il faut la relancer :-)

    5
    Jeudi 8 Novembre à 09:28

    Je découvre
    ... merci
    et j'en profite pour livrer l'une des origines du "pet de nonne"
    dans un couvent, une sœur préparait une pâte à beignet de son invention
    elle fit une boulette qui lui échappa et tomba dans l'huile bouillante
    de surprise, elle péta, ce qui fit bien rire les religieuses présentes
    la recette fut gardée et le nom "pet de nonne" resta en souvenir  
     bonne journée ... et bon appétit !
    amicalement
    Bernard

      • Jeudi 8 Novembre à 11:05

        happy et c'est ainsi, que par votre présence et vos connaissances

        à nos yeux vous vous êtes révélé en toute simplicité comme étant une enrichissante sérendipité....

        Soyez rassuré la sérendipité n'est pas contagieuse.

        Bienvenu au club !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :