• Connaissez vous l'histoire du silence ?

    Moi oui, un jour il me l'a contée .

    C'était un soir, sous la pluie battante, tendis que j'attendais mon bus. Il vînt s'asseoir à mes côtés, calme et discret. Mes yeux apeurés par l'étranger, dans un terme général, ne le regardèrent pas. Je restait en silence à fixer la lune, ce bel astre blanc qui est là depuis la nuit des temps. Je ne l'entendit pas, il ne parla ni ne bougea et pourtant son mécontentement me parvenait clair comme de l'eau de roche.

    Je me suis alors tournée vers lui, intriguée. À quoi ressemblait t-il ? Je ne saurais le dire, le Silence était juste sous mes yeux mais il me fut incapable de le décrire. Était t-il seulement là ? Nous parlons tout de même du silence. Il m'as souri. Il n'avait pas de bouche pourtant. Le silence m'as regarder un instant, je le sais, bien que je ne puis le prouver, puis il a porté son attention sur la lune et là, il s'est mis à me parler. Il n'avait pas de voix, aucun son qui murmurait à mes oreilles ou dans ma tête et pourtant, je ne peux dire comment, je l'entendit clairement.

    Ce qu'il me raconta ce soir là ?

    Son histoire. Une histoire qui remonte à bien longtemps, avant que quoi que ce soit n'arrive. Avant ce que nous nommons big bang ou création n'est lieu, il était là. Vide et Silence étaient les deux premiers. Puis de vide, il a immergé tant de belles choses. Vide avait fait partage de sa personne, donnant vie à l'univers. Puis, les créations de Vide se peuplèrent et il n'y avait plus de place pour Silence, il allait à droite à gauche mais toujours le dérangeait t-on. Vide était bien aise de bruit, il le rassurait car Vide avait peur de la solitude. Vide aimait la compagnie mais n'avait jamais compris à quoi servait Silence, car jamais ce dernier n'avait manifester quelques sensation, joie ou colère, jamais rien d'autre que le silence.
    Les premiers habitants de la terre ne plaisait pas à Vide, alors il les détruits. Ainsi il arriva sur Terre les humains. Et plus le temps passait, moins silence avait sa place.
    Aujourd'hui  des que silence est présent, les gens s'en incommode et le chasse d'un bruit, le nomme blanc. Il n'y a de place pour Silence que près des morts, et encore, car la encore les animaux le brise. Et Silence aime la compagnie des vivants, quand ils acceptent de le garder il est présent.

    Silence porta de nouveau son attention sur moi, moi j'avais écouté, je n'avais pas parlé, il m'étais reconnaissant. Le bus est alors arrivé, le bruit des gens et celui de la pluie l'on incommodé, alors il est parti. Je suis monter et me suis jurer de partager son histoire. Peut-être vous la racontera t-il lui même si vous le garder assez longtemps, si au lieu de parler vous écoutez, je suis sûre qu'il serait ravi de vous parler, sans aucun bruit. Car je vais aujourd'hui répondre à la question que c'est toujours poser Vide : Silence sert à écouter. Sans Silence, qui entendrait les sons qui rassure tant Vide ? 


    1 commentaire
  • Comment Paul Jambois, dit Jean-Paul Bois, en est-il venu à avoir la coiffe de l'aigle, qui fit de lui le chef, que dis-je, le roi des hommes grenouilles ?

    C'est une histoire très intéressante que nous allons vous conter aujourd'hui. Nous aurions aimé vous donner l'avancée de nos recherches sur les sacoches magiques, mais nous n'avons pas encore pu les tester.
    L'histoire royale de Paul Jambois nous as été transmise par Outami Molette, qui, ravi d'avoir trouvé des chercheurs sur Paul Jambois, a voulu nous donner tout ce qu'il savait.

    Ainsi, grâce à l'ami Molette, nous avons découvert que l'on attribue à tort la découverte de l'Amérique à Christophe Colomb. Comment pouvons-nous avancer cela ? Eh bien justement grâce à cette pièce rarissime dont vous pouvez voir la photo ci-dessus, trouvée lors de nos fouilles en territoire de Lagrasse, sur un vide-grenier. 

    En effet, grâce à une étude minutieuse de nos experts, nous avons pu démontrer (étude au carbone 14 bien sûr) que cette pièce exceptionnelle avait été sculptée dans la tradition amérindienne, et datant de -3000  avant Jésus Christ. C'est donc avec certitude que nous pouvons conclure que Paul Jambois, autochtone d'Australie, à un moment donné, a été en contact avec les Indiens d'Amérique. 

    Voilà donc comment [Hey Pssst ! Passe par ici !]Paul Jambois a obtenu cette fameuse coiffe de l'aigle, qui faisant l'admiration de son peuple, l'a aussitôt proclamé roi. 


    <-- Lire "Les sacoches magiques"

    Retourner au menu

     

     


    2 commentaires
  • Flash spécial : anvance dans nos recherches archéologique !
    Un autre trésor inestimable à été retrouvé : il s'agit des sacoches de cheval de Paul Jean-Bois.

    Les sacoches de cheval de Paul Jambois

    Tant de choses on été dites sur la mort de notre héros, mais finalement, nous ne savons rien de sa vie...

    Par exemple, savez vous ce qu'il reçus pour sa majorité ? Un magnifique cheval baie. On aurais cru que la bête flambait au soleil tel un brasier brûlant et ardant. Et je ne vous parle peu du caractère de la bête, on dit qu'il était le cheval le plus fougueux du monde.

    Mais ce n'est les os du cheval que nous avons retrouver aujourd'hui, non. Nous avons retrouver les sacoches que Paul mettait sur le dos de sa monture. Mais ce ne sont pas des sacoches ordinaires, comme tout ce que à été entre les mains de notre héros, ces sacoches ont une histoire. Et celle ci n'est pas plaine de sang ou de mort atroce. Paul n'était pas un monstre.

    Les sacoches de cheval de Paul Jambois

    Nous avons mené une enquête afin de savoir ce que pouvait faire Paul avec ces sacoches.Mais rien ne nous fut divulgué.  C'est au hasard de notre chemin, rentrant fièrement avec notre butin trouvé en ce lieu surprenant que nous avons rencontré un célèbre historien, Outami Molette, qui nous révéla contre la possibilité d'étudier de près ses sacoches leur secret. C'est ainsi que nous avons appris que dans chaque sacoche existent une infinité de portes qui mènent à n'importe quel endroit existant dans notre monde. Il nous a aussi divulgué que pour voir les portes en plus grand afin de voir où on va, il faut la bague magique qui est faite de cristal. Cela nous a interpelé, puisque tout de même entrer dans cette sacoche pour aller quelque part, nous semble impossible vu notre taille. Donc nous nous sommes dit que de toute façon sans cette bague pas de possibilité d'aller où que ce soit. Là Outami Molette nous a affirmé qu'en fait il suffisait d'introduire en premier notre coude gauche et que la sacoche nous aspirait et nous amenait devant les portes. Nous avons été très tenté de la tester tout de suite, mais devant les manants il nous a semblé préférable d'attendre d'être à la maison pour voir si l'historien nous disait la vérité. Nous vous en dirons donc plus après avoir testé la sacoche. Reste à découvrir où serait la bague, car selon notre historien Paul l'aurait caché avant d'être capturé.

    Les sacoches de cheval de Paul Jambois


    <-- Lire "La découverte d'un roi"

    Retourner au menu

    Lire "Comment Paul est devenu roi" -->


    votre commentaire
  • Source de l'image : Dailymotion.com

    Résultat de recherche d'images pour "dessin descente toboggan"

    /!\ Cette histoire que tu t'apprêtes à lire est une pure invention, délire avec des amis que je mets ici pour que le groupe puisse accéder à la biographie complète Paul Jambois plus communément appeler Jean-Paul Bois, L'esclave roi qui refusait sa défaite, oui c'est long et alors ? Accrochez vos ceintures, car vous êtes prêts pour une descente directe dans une histoire de folie (de mon invention) étonnamment bien ficelée. /!\

    En Australie, les Paléontologues ont récemment trouvé une table très étrange ; étant donné qu'elle représentait un même personnage quatre fois ; personnage qui portait une table sur ses épaules. Une vieille herboriste, qui assistait à la scène de cette découverte, nous fit les confidences de l'histoire de cet homme nommé Paul Jambois. Notre personnage appartenait à une espèce éradiquée de la planète :  ce fut le premier génocide sur Terre. Ces habitants étaient les Hommes-Grenouilles. Le plus célèbres d'entre eux étant Paul Jambois, le roi.

     "Les Hommes-Grenouilles étaient très petits : les plus grands mesuraient 1 mètre 10"" , avait commencé la vielle herboriste. "Dotés de branchies, ils pouvaient aussi bien vivre sous l'eau que sur Terre ; très souples, ils pouvaient sauter haut et loin. Leur peau était généralement de couleur sombre arborant parfois des motifs très délicats. Bien qu'ils aient la peau lisse et glissante, elle était dur comme du bois." Nous expliqua l'herboriste. "Chauves, les Hommes-Grenouilles mettaient souvent des perruques pour ressembler aux humains."

    Voici le rapport d'interview de l'herboriste.

    Pour commencer, quel est votre prénom madame ?

     - Je me nomme Méline.

    Et qui vous a raconté l'histoire de cet être étonnant Méline ?

     - Ma grand-mère, qui l'avait elle-même appris de sa grand-mère ext.

    Donc l'histoire de Paul Jambois  est transmise de grand-mère à petite fille ?

     - Exactement.

    Vous croyez à cette histoire ?

     -Bien sûr que j'y crois, pas vous ?

    Vous ne nous avez pas encore parlé de cette vie extraordinaire des Hommes-Grenouilles !

     - Eh bien ! Qu'attendez-vous pour me le demander ? C'est vous le journaliste ou c'est moi ? Apprenez votre métier bon sang de bois, je connais le mien moi.

    Bien, alors, pour commencer, pourquoi cette guerre à été déclarée ?

     - Parce que les Humains étaient jaloux des Hommes-Grenouilles voilà tout.

    OOoooKai, et pourriez vous nous conter cette histoire donc ?

     - Lorsque la guerre à été déclarée, Paul Jambois s'est battu mieux que quiconque ; autour de lui ses guerriers tombait, se mélangeant au corps des guerrier adverses. çà et là, sur le champ de bataille, les femmes des Hommes-Grenouilles administraient des soins aux blessés et rapatriaient les plus mal en point. Les femmes soigneuses étaient toujours accompagnées de guerriers frais, près à les défendre au péril de leurs vies. Les enfants aidaient en réparant ou en fabriquant de nouvelles armes pour les guerriers. Tout était organisé pour que les Hommes-Grenouilles gagnent, y comprit le terrain marécageux ; dans lequel les soldats humains s'enfonçaient peu à peu sans s'en rendre compte. Ainsi furent gagnées plusieurs batailles, et le roi des humains, fou de rage, lança une attaque surprise dans le camp de ses adversaires. Il agit la nuit, tendit que tout le monde dormait.

    Attendez, vous êtes en train de nous dire que personne ne s'attendait à cette attaque ?

     - Oh ! J'ai peut-être oublié de préciser que le roi Humain avait capitulé et signé un traité de paix ?

    Oui, en effet.

     - Eh bien maintenant que vous le savez taisez-vous et arrêter de m'interrompre !

     L'attaque eut l'effet escompté, les Hommes-Grenouilles n'étaient pas prêts pour la bataille et sans leur organisation, ils étaient perdus. Plusieurs d'entre eux furent tués, les autres emprisonnés. Et dans tout ce chaos, Paul Jambois continuait de se battre corps et âme pour sa patrie. Alors qu'il se battait contre le roi humain, il reçut un coup d'épée qui lui marqua une cicatrice du haut de la tête jusqu'à son cou. Il perdit l'usage d'un œil ce jour-là ; œil qu'il remplaça par un œil de verre dont la pupille était de la forme de celle d'un chat ; afin que l'on croit que sa pupille et sa cicatrice ne fessaient qu'un. Une autre fois, il fut emprisonné avec le reste de sa famille. Un garde lui demanda son nom, mais ne comprit pas bien ce que Paul avait dit et l'Homme-Grenouille fut connu sous le nom de Jean-Paul Bois.

    D'accord, mais d'ou vient le "esclave roi qui refusait sa défaite" ?

    - Arrêtez de me couper la parole et peut-être que vous connaîtrez la réponse avant la nuit !

    Peu de temps après son emprisonnement, notre héros connut ce qu'avait endurer tous les prisonniers de guerre jusqu'alors : l'esclavage. Tous les jours, Paul Jambois devait porté de très lourdes pierres plates ou des plateaux remplit de nourriture. Un jour, il pris une grande décision : il était hors de question que sa famille vive, vieillisse et meurt dans ces horribles conditions d'esclaves. Alors un jour de service, il pris un couteau qu'il cacha dans le petit tissus qui couvait son corps et une fois dans sa prison, il tua tous les membres de sa famille.
    Pour le punir de cette acte, il fut guillotiner. Plus tard vient son nom de roi esclave refusant la défaite. Les Humains immortalisèrent cet homme dans une œuvre, cette table que vous avez trouvés, puis l'espèce disparut totalement et la table fut ensevelie pour qu'on oublie cette histoire.

    Eh bien quelle histoire incroyable ! 

     - J'ai une question à vous poser maintenant que j'ai terminé.

    Allez-y.

     - Y croyez vous ?

    Je ne sais pas.

     - Bien, partez maintenant, j'ai du travail.

    Bien, merci beaucoup de nous avoir accordé un peu de votre temps.

     


     

    <-- Retourner au menus

    Aller lire  "Les sacoches magiques" -->


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique