• Les croyances sur les chats

    Aux travers des époques, des pays et des religions le chat est présent. Source de nombreuses superstitions et croyances de bon ou mauvais présage, il n'y sûrement aucun animal qui ait suscité plus de superstition que lui, tantôt adoré, tantôt signe de mauvais augure . Nous allons retracer cette histoire surnaturelle du chat de l’Égypte ancienne jusqu'à aujourd’hui ou des croyances régissent encore sur lui.

    Les Égyptiens furent les premiers à domestiquer les chats vers – 2 000 avant JC, afin de les utiliser pour chasser les animaux nuisible tels que les souris. Malgré cela, les paléontologues ont découvert en 2004 des restes de chats aux côtés de ceux d'un humain, cela repousserait la domestication de ses animaux à – 7 000 avant J-C... mais ce n'est pas ce sujet qui nous intéresse avançons donc un peu dans le temps.

    En Égypte, la déesse Bastet, d'abord violente guerrière de la guerre connu sous le non de Sekmet (la lionne) : les égyptiens finissent par en faire la douce chatte connue sous le nom de Baset. Déesse représentée sous la forme d'un félin assit ou encore d'une femme à tête de chat. Les chats devinrent des animaux sacrés, vénérés et respectés au delà de la vie humaine. Le meurtre d'un chat était d'ailleurs, passible de mort. A Bubasis, là ou le temple principale de Bastet était érigé, eu même une industrie de momies de chats, vendus comme portes-bonheurs. Malgré le fait qu'ils vénéraient les chats, un chaton noir était mal vu et signe d’infortune.

    Dans le temps


    Plus tard, les grecs assimilèrent la déesse Bastet à leur divinité Artémis, déesse de la chasse et la lune. Les romains évoques d'ailleurs le fait que Diane (nom romain d'Artémis) se soit un jour métamorphosée en chatte pour échapper à Typhon, un titan. Malgré cela, les romains considéraient le chat comme un simple chasseur de souris. Puis, plus tardivement après établissement du christianisme comme religion d'état, le chat est devenu un être maléfique, quel que soit sa couleur.

    Les nordiques pensaient que le char de Freya, déesse de l'amour était tiré par des chats, parfois ailés. On peux ainsi voir à quel point ils était bien vus.

    Résultat de recherche d'images pour "Char de freya"

     

    Image associée Au moyen âge le chat va rapidement devenir le symbole de l’indépendance, de la lubricité, du malheur… On va l’associer à l’image des sorcières et autres démons. En effet, on raconte que les sorcières ont la capacité de se métamorphoser en chat noir ; toutefois, elles ne peuvent se transformer en chat que neuf fois dans leur vie d’où la croyance bien connu des neufs vies du chat. Une croyance raconte également qu’associer du sel aux testicules d’un chat noir permettrait de faire fuir les démons, une douleur pouvait disparaître en attachant un cœur de chat noir à son bras gauche.
    L'on raconte également que les sorcières se rendaient au Sabbat à l'aide d'un char tirés par des chats ou se servaient de chats géants comme monture. Le diable apparaîtrait alors au Sabbat sous les traits d'un chat noir.


    De plus, croiser un chat noir à minuit annonçait une mort imminente. Croiser un chat noir en journée, surtout s’il arrivait de votre gauche, était devenu un maléfice ! Cette superstition perdure encore de nos jours. On allait (paraît-il) jusqu’à le ferrer afin de l’entendre la nuit pour ne pas le croiser ! Un cortège funéraire croisant le chemin d’un chat annonçait la mort de l’une des personnes présentes et l’on n’hésitait pas alors à prendre une autre direction à la vue d’un chat pour rejoindre le cimetière !

    Le Moyen Age (du Ve au XVe siècle principalement) aura vraiment été dramatique pour la population féline. En Europe, les procès pour sorcellerie dont étaient accusés les pratiquants de rites païens mèneront à la disparition progressive des chats. Les femmes accusées à l’époque de sorcellerie étaient torturées et brûlées avec leur chat.

    Pourtant, grâce à lui, plus d’épidémie de peste à partir de 1790. D'ailleurs, à Londres, en 1665, la dernière épidémie de peste est survenue lorsqu’il avait été décidé de se débarrasser des chats. Ce sont ses aptitudes à chasser les souris et les rongeurs qui le réhabiliteront à la fin de la chasse aux sorcières (vers la fin du XVIIIe siècle). A Paris, Louis XIV a fini par interdire que l'on brûle des chats lors de la Saint-Jean comme la « tradition » le voulait. Malgré cela les chats continuaient tout de même d'être persécutés.

    Au contraire ces félins eurent plus de succès en Orient s'installant dans les palais et les monastères. Au Japon le "chat qui fait un signe " est un porte bonheur. C'est en Asie que les races Birmanes et Siamoises se développèrent. On dit d'ailleurs que si les premiers siamois louchaient et avait la queue recourbées s'était dû à leur travail. En effet, lorsque les princesses thaï prenaient leur bain, elles accrochaient leur bagues à la queue du chat qui se mettait à loucher pour les surveiller.


  • Commentaires

    1
    Lundi 17 Septembre à 18:40

    Super article où j'ai appris plein de choses intéressantes sur l'histoire des chats.

    Merci Aegea pour ce sujet, ce soir je me coucherais un peu moins bête que quand je me suis levée ce matin ;-)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :