• Le Magnétisme

    Autour de ce sujet, je me propose avec mes amis Rebelle, Gédéon, Souffif, Biguède, et Crodalle de vous parler de ce thème à la fois subversif, attirant, controversé, décrié, critiqué et tant d'autres choses encore.
    Comme d'habitude nous allons l'aborder sur différents points de vues avec un premier article à paraître aux alentours de 17h00. 

    Oui farniente oblige, nous profitons des avantages de notre région pour nous dorer au soleil ;-)

    Hey Pss, Aegea me demande de vous donner le prochain indice de son jeu et nous espérons vous y voir nombreux, d'autant qu'elle s'est creusée pendant plusieurs jours pour vous faire d’excellentes énigmes :
    vous le trouverez en cliquant sur le lien : http://la-gazette.ek.la/psst-numero-3-p1393108

  • D'aussi loin que je me souviennes, j'ai côtoyé des guérisseurs ou des rebouteux. Mon père lui-même passait le feu, les verrues, les rages de dents.
    Lorsque nous allions chez le médecin, il nous envoyait directement voir un guérisseur ou un rebouteux dès qu'il s'agissait de panaris, de zona, de problème de peau, de choc physique ou autre qui selon lui seraient mieux pris en charge que par la médecine traditionnelle.
    On ne parlait pas d'effet placebo, on ne parlait pas d'illuminé, de fou ou autre. Il était normal qu'ils fassent partie du paysage.

    Ces choses là fascinaient ; ces gens là étaient respectés.

    Parfois, ils se passaient des techniques dans la tradition ancestrale, parfois il s'agissait d'un don.

    Puis les sciences ont pris de plus en plus d'ampleur. De tout temps on a voulu expliquer, conscientiser et surtout contrôler tout se qui se passe.

    La guérison, ne faisant pas partie de leur champ de contrôle on s'est mit à démolir les gens qui l'a pratique. Selon les époques, les âges ces personnes sont caractérisées de sorciers / sorcières, d'hystériques, de fou ou que sais-je encore.

    Pourtant, je me souviens que lorsque nous allions les voir, ils nous donnaient des remèdes, passaient leur mains sur les parties douloureuses de notre corps et au bout de quelques jours, parfois même instantanément tout s’effaçait.

    Nous avons tous en nous le don de guérison.

    Pour ma part, je l'ai réellement découvert lorsque j'avais 25 ans, mais je l'ai depuis la naissance.

    Très cartésienne, j'ai toujours été sur mes réserves par rapport à mes dons. Malgré cela, ils se sont développés de plus en plus.

    J'ai pour comprendre étudié les sciences cognitives, la psychologie, les neurosciences... Je voulais savoir.

    Aujourd'hui la seule chose que je sais, c'est que si la physique quantique peut expliquer certaines choses, l'épigénétique... on reste très controversé.

    Pourquoi ?

    Peut-être parce que l'on fait de l'ombre aux lobbys ?

    Allez savoir.


    6 commentaires
  • Article écrit par Loupzen

    Des yeux au bout des doigts

    L'usage de la référence des yeux au bout des doigts est pour le moins déroutant pour ceux qui confient leur santé à la médecine allopathique qui est nommée faussement : traditionnelle.

    Sa véritable identité serait plutôt : médecine chimique.

    Il faut reconnaître que pour certains patients la chimie opère.

    J'ai rencontré dans ma vie plusieurs ostéopathes qui me disaient que pour faire comprendre leur perception qu'ils n'avaient rien trouvé de mieux que cette formule «  avoir des yeux au bout des doigts »....très imagé en effet.

    Si un ostéo emploi cette référence, il y a de grandes chances qu'il soit pris pour un farfelu, un doux-dingue ou un escroc !

    Alors que si un neuroscientifique démontre que l'emploi de la lecture BRAILLE avec le bout de ces même doigts active les zones visuelles du cerveau on s'adresse à une découverte scientifique.

    Le praticien se sert -il de ses connaissances en anatomie pour exprimer ce qu'il ressent (ce qu'il voit ), l'anatomie servant ici de sorte de langage pour communiquer ?

    Ou il A de par ses études, sa formation un cadre bien précis en mémoire et ses mains comparent ce qu'elle ressentes en comparaison à ce cadre...

    VOIR ...est une métaphore et le piège est facile à refermer pour ceux qui ne pratiquent pas le langage des ostéopathes

    De même que l'on peut être conscient d'un état, la tranquillité par exemple il nous est impossible de la palper....mais de la ressentir .

    Un ostéopathe m'a dit un jour qu'il y avait 3 niveaux de connaissances lors d'une consultation :

    le premier est celle que le patient exprime

    le deuxième est celle que le praticien possède à la suite son savoir

    le troisième enfin est celle que le corps explique au moment de la consultation.

     

    Pour inciter nos lecteurs à participer aux divers sujets qui font que LA GAZETTE est un moyen novateur et intelligent d'aborder divers sujets qui font votre actualité, j'apporte mon témoignage concernant le magnétisme.

    Le magnétisme nous le possédons toutes et tous en nous.

    Certains possesseurs de ce phénomène tout à fait normal l'exploitent et l'utilisent de façon professionnelle, avec plus ou moins de réussite.

    Traités de charlatans par les professionnels de la médecine,ils n'en demeurent pas moins présents dans notre vie pour nous aider, non pas ce que les médicaments sont incapables de guérir, mais pour nous démontrer que l'Homme a en lui les capacités de soulager ou guérir autrement.

    Saviez-vous qu'un simple rhume de cerveau, soigné par la médecine allopathique dure 8 jours....et que si vous le traitiez par le mépris il durerait une semaine.



    Dans ma belle famille (la mienne n'est pas moche non plus!) un des oncles de ma femme est un magnétiseur renommé. Son père a connu son heure de gloire dans une ville importante du Centre France, il était régulièrement appelé au C.H.R.U pour arrêter les hémorragies sur des patients.

    La médecine n’apportait pas de solutions satisfaisantes, lui, le Gitan en posant les mains sur le corps qui souffrait, redonnait espoir de vie aux blessés.

    Son fils Paul a repris le « métier » de son père, il m'a enseigné des « paroles » pour éviter à une personne brûlée, de souffrir.

    Nos mains sont le prolongement de nos âmes et de nos pensées.

    Nous ne faisons pas assez attention aux pouvoirs que détiennent nos mains.

    Si le loisir m'en est accordé,je communiquerais sur se sujet.

    Il y a peu de temps, alors que nous vivions en Camargue, j'ai demandais l'assistance de 3 paires de mains.

    Le danger de tomber entre de mauvaises mains existe vraiment, il est bien réel et m’incite à plus de prudence dans le choix des mains dans lesquelles je vais cheminer jusqu'à demain et plus si affinités thérapeutiques.

    Dés le lendemain, je me suis mis en quête de mains, capables de mener au surlendemain le « JE » qu’aujourd’hui j’étais.

     

    KINÉSIOLOGUE 

    Ces mains ne connaissaient en rien mon passé. La première paire de mains à s’être posée sur moi, a  appris, matin après matin l’art des jeux des devins.

    Avec patience, ces deux mains ont exploré hier et avant-hier pour que du plus profond de moi remontent  les souvenirs de jeux de vilains. Blessures, foulures, cicatrices  et pas uniquement aux mains, ont conduit l’homme que je suis à confier son passé à ces mains.

    Pris en charge par ces mains expertes, docilement et en toute confiance, le passé s’est refermé sur ce qu’hier encore me faisait souffrir, me laissant entrevoir un début de soleil radieux qui illuminera les temps nouveaux à venir.

    Mais ces 2 mains ne pouvaient à elles seules assurer le service après vente. Il fallait donc que dés demain, mes mains battent l’air en signe de demande d’aide.

    Je n’ai pas eu longtemps à attendre et le jour suivant, deux autres mains vinrent assurer la pérennité du travail des mains d’hier.



    KINESITHERAPEUTE

    Reprenant le cheminement de l’homme tout au long de son histoire, elles réussirent à transformer ce primate cheminant vers obsolescence programmée du physique en homo toujours erectus.

    Se relever ne fut pas chose facile, mais ce que "mains veulent, Dieu le veut aussi".

    Il me revient les premières paroles prononcées au lendemain de mon élévation : « un petit pas pour le paralysé mais une grande victoire pour la kiné ».

    J'ai le souvenir très précis des premières fois où ses mains se sont posées sur mon corps meurtri...Cette femme native de la Réunion savait « prendre le souffle » comme le faisaient les guérisseurs chez les Gens du Voyage, je l'entendais prononcer des phrases incompréhensibles pour un profane et petit à petit je ressentais des picotements dans mes membres inertes et engourdis....jusqu'à ce que quelques mois plus tard je remarche.

    Il  ne m’a pas fallu très longtemps pour constater que j’étais entre de bonnes mains. 

    CATINOU 

    Deux autres mains qui depuis quarante ans œuvraient en sous-main, discrètes, attentives aux faux pas, apaisantes et rassurantes pour des lendemains qui  deviendront difficiles, allaient en maître de cérémonie mener cet homme que je suis vers des lendemains plus sereins.

    Ces 3 paires de mains vous saluent en toute fraternité.

     


    5 commentaires
  • « Bonjour les amis. Suite à vos nombreux commentaires et aussi pour poursuivre notre dossier nous avons enquêté plus avant sur l'effet placebo, voilà c'est parti je rentre dans le vif du sujet.
    - Première chose, nous avons découvert que seuls 30% des patients avait une pseudo réponse clinique à l’effet placebo, enchaîne Souffif

    - Et même que cet effet a une durée très brève, il est rare que cet effet dépasse les deux semaines de dite efficacité, poursuit Gédéon. Le sujet on le connait sur le bout des doigts. Des semaines que nous menons notre enquête épluchant les revues scientifiques et autres. https://www.chu-toulouse.fr/IMG/pdf/poulain.pdf
    - On a même découvert qu'il existe des effets placebos, et non pas un seul, continue Crodal.

    - À la fin de cet article vous aurez plusieurs encadrés sur chaque assertions soulignées qui étofferont nos dires et vous enverrons vers des sites pour plus de renseignements, ajoute Biguède.
    - Hé les gars délire ; ça y est c'est repartis Bob Marley et sa voix si reconnaissable ; y'a même une étude qui est faite pour prouver l'effet placebo en chauffant les bras des participants par frottement. Oh, ils ont fumés de la moquette les scientifique pour pondre une telle étude ? Ça doit être de la bonne. Eh man, tu crois qu'ils m'en donneraient ? http://www.lejournaldumedecin.com/actualite/nouvelles-preuves-de-l-effet-placebo-explique/article-normal-31055.html
    - C'est vrai que ce sont des rigolos les gars. Après avoir massacré l'homéopathie on commence à trouver des compromis pour continuer à en vendre. Le marché doit être trop intéressant pour venir le réduire en miette, que j'ajoute sur les chapeau de roue.

    - Il paraît qu'il font la même en Suisse, mais c'est vrai que c'est de gros laboratoires qui sont aussi derrière l'homéopathie ou les autres traitements alternatifs. Il y a trop d'argent en jeu pour les mettre hors service, commente Gédéon qui pour une fois ne me contredis pas.
    - Ce qui est hallucinant c'est que l'on émet des conclusions hâtives sur le placebo avec peu de recherches contrairement aux autres études sur les médicaments. Quoiqu'on a de quoi se poser des questions avec des molécules telles que le nouveau lévotirox, la dépakine ou autre... surenchérit Biguède.
    - Pire encore, il paraît qu'il n'y aurait pas d'effet placebo dans la vie réelle. Tu veux en savoir plus, regarde l'étude faite dans l'encadré correspondant en fin d'article ; contribue Souffif très heureux de démontrer qu'on cherche à nous faire gober des couleuvres.
    - Il y a même une étude sur la maladie de Parkinson qui démontre que l'effet placebo ne fait pas son travail, enchaîne Biguède à fond sur le sujet.
    http://www.medecine.ups-tlse.fr/dcem4/lectures_2016/Article%20LCA%20DFASM%203%20Presto.pdf
    - De même on sait que l'effet placebo n'a jamais été réellement étudié puisque l'on ne peut pas mener deux sujets d'étude en même temps. Ainsi toutes les études qui démontrent l'effet placebo étudiaient un traitement en particulier et ne pouvait donc démontrer aucune objectivité sur l'effet placebo lui-même. Voir l'encadré « technique d'essai contrôle randomisé », que j'ajoute histoire de bien enfoncer le clou.

    - Autre information, on met sur le placebo des effets qui ne lui incombent pas en évitant de mentionner d'autres éléments tels que le déroulement naturel de la douleur ou de la maladie, la régression de la moyenne et l'effet Hawthorne. D'autres effets peuvent être impliqués mais ne seront pas exposés ici... conclue presque notre ami Crodal
    - Nous vous invitons à poursuivre l'enquête par vous même ; à faire des recherches, à regarder les liens ci-dessous et surtout à garder l'esprit ouvert et à ne pas vous laisser lobotomisé par l'information désinformative ; que je termine. Au revoir et au plaisir d'une nouvelle enquête.

     

    Plusieurs effet placebos :

    La réponse au placebo varierait même d'un individu à l'autre ! Selon une vaste étude sur le sujet parue en 2015, plusieurs gènes peuvent jouer un rôle dans la variabilité individuelle vis-à-vis de l'effet placebo, notamment des gènes impliqués dans la synthèse de la dopamine (neurotransmetteur) dans le cerveau.  Mais les auteurs de l'étude restaient prudents, en estimant "irréaliste" l'idée que des variations génétiques puissent à elles seules expliquer [Hey Psst ! Passe ici] une part importante de l'effet placebo. En résumé, la réponse au placebo, qui varie énormément, dépend de la pathologie, du patient, des circonstances, notamment du contexte psychologique. Aussi ne parle-t-on pas d'un, mais "des" effets placebo. 

    https://www.sciencesetavenir.fr/sante/question-de-la-semaine-comment-expliquer-scientifiquement-l-effet-placebo_124243 

    https://www.sciencesetavenir.fr/sante/pas-egaux-devant-le-placebo_30320

     

    Après le massacre de l'homéopathie on trouve des compromis... :

    Ainsi, une forme de réconciliation en faveur de l’homéopathie se dessine, en France ou encore en Suisse. Elle suit un raisonnement en trois étapes :

    1. L’homéopathie est un traitement placebo ;

    2. À ce titre elle permet de soigner – au pire elle ne fait pas de mal ;

    3. Cet effet justifie sa diffusion et son remboursement partiel par l’Assurance maladie.

    https://theconversation.com/debat-leffet-placebo-ne-doit-pas-devenir-la-caution-scientifique-de-lhomeopathie-96361

     

    Conclusions hâtives sur l'homéopathie et l'effet placebo :

    Pour en revenir au cas spécifique de l’homéopathie, cette médecine non conventionnelle n’a été que rarement comparée à une absence de traitement. En 2013, la biologiste Claire Haresnape, chercheuse à l’université de Londres, ne recensait que trois études de ce type. Le nombre est trop faible pour en tirer des conclusions et de nouvelles études devraient être menées. Cependant, l’étude citée plus haut ainsi que celle publiée en 2007 par une équipe de la faculté de médecine de Grenoble concluent, déjà, à l’équivalence entre homéopathie et absence de traitement.

    https://theconversation.com/debat-leffet-placebo-ne-doit-pas-devenir-la-caution-scientifique-de-lhomeopathie-96361

     

    Pas d’effet placebo dans la vie réelle :

    Des études évaluant des traitements placebo par cette méthode sont publiées régulièrement. Deux chercheurs de l’institut Cochrane nordique à Copenhague (Danemark), Asbjørn Hróbjartsson et Peter Gøtzsche, les recensent depuis 2001. Ils en fournissent les méta-analyses les plus complètes. Leurs résultats montrent que, dans la majorité des cas, les interventions placebos ne se différencient pas de l’absence traitement. Lorsque des différences sont observées pour certaines catégories d’études (par exemple les études où ce sont les patientes qui reportaient eux-mêmes l’évolution de leurs symptômes), celles-ci sont faibles et cliniquement insignifiantes.

    La conclusion de ce travail est claire : dans la vie réelle, il ne suffit pas de donner un placebo pour produire un effet placebo. Sur cette base, on peut penser que les médecins qui recourent à un placebo se leurrent quant à ses effets thérapeutiques sur le patient. Les conditions ne sont pas forcément réunies pour que ceux-ci se produisent.

    https://theconversation.com/debat-leffet-placebo-ne-doit-pas-devenir-la-caution-scientifique-de-lhomeopathie-96361

    https://www.lepoint.fr/sante/homeopathie-l-effet-placebo-en-question-22-05-2018-2220347_40.php

     

    technique d'essai controlé rondomisé

    https://www.jle.com/download/stv-292432-lessai_controle_randomise--W8mB0X8AAQEAAFZ3JCgAAAAB-a.pdf

    Il est habituellement entendu que les études cliniques mesurent rarement l'effet placebo. Ceci vient de ce que avoir à la fois un traitement actif et des conditions placebo lors d'un essai ne permet qu'une seule comparaison entre ces deux conditions.

     

    Mesure de l'effet placebo :

    Comme noté précédemment, la mesure de l'effet placebo nécessite aussi une comparaison entre une condition sans aucun traitement (histoire naturelle) et une condition placebo. Une méta-analyse de 27 études inhabituelles, impliquant principalement des essais cliniques qui contenaient à la fois des conditions naturelle et placebo, révéla que l'effet analgésique moyen du placebo était faible

    Comme noté par Turner et al3, les améliorations cliniques de la douleur qui suivent la prise d'un traitement sont observées pour trois raisons. Premièrement, la douleur peut être soulagée par des facteurs sans rapport avec le traitement, tels qu'un déroulement "naturel" de la douleur (son histoire naturelle), une régression de la moyenne et l'effet Hawthorne.

    L'histoire naturelle se réfère à des changements dans les symptômes ou dans le processus de la maladie qui surviennent tout le temps.

    La régression dans la moyenne est un phénomène statistique par lequel les taux de douleur sont susceptibles de rejoindre la moyenne de ce que vit (ou subit) habituellement le patient, la prochaine fois qu'ils seront obtenus, parce que les patients cherchent souvent des traitements à une période de plus forte douleur, ces taux de douleur seront probablement plus faibles ensuite.

    L'effet Hawthorne est cette tendance des gens à changer leur comportement, ou de condition, simplement parce qu'ils sont observés ou étudiés, ce qui peut conduire à une réduction de la douleur parmi les patients, simplement parce qu'ils font l'objet d'une étude clinique.

    http://www.charlatans.info/etude-placebo.shtml

    https://sciencepop.fr/2017/09/19/effet-placebo/

     


    https://www.sceptiques.qc.ca/dictionnaire/placebo.html

     

    https://www.sceptiques.qc.ca/dictionnaire/placebo.html

     

    https://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article1604

     

    https://www.orpha.net/consor4.01/www/cgi-bin/Education_EducationTools.php?lng=FR&stapage=ST_EDUCATION_EDUCATION_ABOUTORPHANDRUGS_CLINICALTRIALS


    3 commentaires
  • "Bonjour les amis, aujourd'hui nous allons vous parler du pla...
    - Eh Biguède, oh ziva euh, t'casse pas la tête on connait tous Placebo, coupe direct la parole notre ami Crodalle qui nous la joue TiCé, tout cela en nous mettant la musique à DONF (Hein ? COOmMMENT ? QU'EQUE tu dis ? HEIN ? hurle Souffif qui n'en peux plus)

    - Tu n'y est pas du tout Crodalle, ce n'est pas de ce groupe de rock dont nous parlons mais de tout autre chose ! arrive à placer Souffif en se frottant les oreilles.
    - Ah bon, pourtant moi j'aime bien et t'as vu la vidéo ? C'est cool non ce qu'ils font, enchaîne t-il en réduisant tout de même le son.
    - Je t'avoue que je ne connaissais pas, alors ton erreur est pardonnée, mais écoutons donc ce que Biguède a à nous dire, intervient Gédéon très consciencieux. 
    - Tout d'abord il faut savoir que l'effet placebo qui a pendant tellement longtemps servit à démontrer l'efficacité de certains médicaments versus le placebo s'avère être plus que cela. En effet, la neurologie notamment a démontré que lorsqu'un patient prenait un placebo, le cerveau stimulait les zones concernées pour soigner le corps. Regardez notre petit encadré à la fin si vous voulez plus d'explications, enchaîne Biguède ravie de nous apporter ces nouveautés.
    - Oui j'ai lu sur cet article dont tu nous parles que la dopamine et les endorphines ont été clairement identifiées comme des médiateurs de l’effet placebo et l’imagerie cérébrale a permis de démontrer que le placebo utilise les voies de stimulation du médicament, que j'intervient passionnée que je suis par le sujet.
    - Oui exactement et il est important d'indiquer que c'est un article très documenté et écrit pas un spécialiste, souligne Souffif.
    - Eh les gars ; ce qui est délire c'est l'effet nocebo, intervient Bob Marley une fois de plus de sa voix traînante très reconnaissable. Mais au fait, on ne l'avait pas renvoyez à trépa celui là ?
    - C'est quoi ça ? demande Crodalle.
    - L'effet nocebo c'est l'inverse su placebo, on dit que on peut autant agir positivement que négativement, répond Biguède.
    - Il parait même que cela ne fonctionne pas chez tout le monde, à priori il faudrait répondre à certaines conditions génétiques pour que ça marche, enchaîne Gédéon.
    - Oui et bien moi ça me donne encore plus d’interrogations et la direction me dit que nous n'avons pas le temps de faire plus, on doit rendre l'antenne, enfin la page, euh non l'article on est en retard ... Alors à très vite les amis et bonne journée."

    L’aspect neurobiologique du processus a été abordé selon deux lignes de recherche : l’une montrant que l’effet placebo correspond à une réponse conditionnée de type pavlovien, l’autre que l’attente et la conviction du patient est à la base de l’effet. La biochimie cérébrale a montré que le cerveau synthétise, en plus des neuromédiateurs classiques, de nombreuses hormones (stéroïdes, peptides), facteurs de croissance et médiateurs de l’immunité et de l’inflammation (cytokines, prostaglandines), ainsi que tous les récepteurs correspondants [1419]. Par ailleurs, des fonctions complexes, telles que la réponse immunitaire, sont susceptibles d’un conditionnement de type pavlovien [1224] aussi bien chez l’animal que chez l’homme, ce qui démontre les interactions bidirectionnelles entre cerveau et système immunitaire. Enfin, l’imagerie cérébrale par tomographie par émission de positons (TEP) a récemment montré que l’effet placebo correspond à des modifications spécifiques dans des aires cérébrales identifiées. 
    L’effet placebo est particulièrement important lorsqu’il n’y a pas de lésions organiques chez le sujet et que le placebo agit sur des paramètres tels que la douleur ou l’état psychique. Il est néanmoins susceptible d’agir dans le cas de maladies neurodégénératives telles que la maladie de Parkinson.


    http://www.charlatans.info/placebo.php

    http://pla.ce.bo.free.fr/

    https://www.medecinesciences.org/en/articles/medsci/full_html/2005/03/medsci2005213p315/medsci2005213p315.html

    https://sciencepop.fr/2017/09/19/effet-placebo/

    http://www.ipubli.inserm.fr/bitstream/handle/10608/5479/MS_2005_3_315.pdf

     


    6 commentaires
  • "Bonjour Biguède, est-ce que tu peux nous dire ce qu'est le magnétisme ? ça y est, je rentre directement dans le vif du sujet, pas le temps de tergiverser ou de parler de la pluie et du beau temps.C'est quoi le magnétisme ?
    - En faite l'histoire du magnétisme prend sa source dans l'antiquité avec Thalès de millet à qui on attribue la première description de la magnétite, pierre capable d'attirer le fer ou des pierres de même espèces. (image)
    - Ben ça alors, moi qui croyais que t'allais nous parler des magnétiseurs, intervient Souffif.
    - Et bien justement, c'est une grande erreur dont Mesmer est à l'origine !" Ah Gédéon ! Sans lui que ferions nous ? 

    Petit apparté :
    "Heu de quoi tu causes ? me demande Gédéon.
    - Ben de ton intervention, que je répond sur un ton marquant l'évidence des faits.
    - Ah oui ? Et elle a quoi mon intervention ? interroge-t-il hargneux.
    - Ben t'arrives toujours comme un cheveux sur la soupe et du coup tu nous embrouille, que je lui dis
    - En quoi je t'embrouille ? me demande-t-il très énervé.
    - Ben tu viens nous parler d'un type dont on a rien à faire alors que Biguède nous parle du magnétisme, que je réponds sûre de moi.
    - Ben là Rebelle t'as carrément tout faux. Zéro pointé, intervient Crodalle.
    - Carrément" surenchérit Souffif.
    Bon là j'avoue, je deviens rouge pivoine. Moi qui pensais être incollable sur le sujet, je me fais remettre à ma place vite fait bien fait. Je crois qu'il est temps de finir la l’aparté.

    C'est quoi le magnétisme ? " Heu Gédéon, je suis vraiment désolée, je crois que je me suis mal conduite avec toi. Enfin j'en suis sûre. Je te laisse donc nous expliquer, lui dis-je mi déconfite, mi humble.
    - Bon voilà Mesmer qui était un médecin obtient son doctorat avec sa thèse intitulés "De l'influence des planètes sur le corps humain", où il décrit son travail sur les passes magnétiques et les guérisons qu'il aurait faite grâce à cela, nous explique Gédéon ragaillardit.
    - Exactement Gédéon, reprend Biguède, et du reste après une enquête ordonnée par Louis XVI il fut discrédité et si de nombreuses personnes qui se disent magnétiseurs se réfèrent à lui, je pense qu'elles feraient mieux d'étudier l'histoire plus avant et d'employer plus des termes comme guérisseurs, rebouteux ou autres qui seraient plus appropriés ; et toc ça c'est dit et foi de Rebelle, moi qui suis une sorcière rousse qui plus est, je vous assure que j'en prend plein les dents avec cette enquête.
    - Bon alors pour finir, le magnétisme c'est quoi exactement ? 
    demande notre quidam qui vient encore à passer par là et écouter nos débats. Bon promis, s'il revient je lui demande son prénom.
    - Ben pour faire simple, le magnétisme désigne l'ensemble des phénomènes qui ont lieu à l'intérieur et autour de matériaux aimantés, répond Souffif qui nous donne enfin notre définition tant attendue.
    - Donc rien à voir avec la choucroute ! fanfaronne Crodalle
    - Elle vient faire quoi ta choucroute là Crodalle ? rétorque Gédéon
    - Gnagnagna, c'est une expression espèce d'idiot, lui lance Crodalle agacé.
    - Bon en tous les cas, Crodalle a raison. Parce que moi à l'origine je pensais fièrement vous parler des magnétiseurs et finalement j'apprends en même temps que vous que tout ça c'est de la foutaise ; alors donc maintenant que nous savons que les médecines parallèles n'ont rien à voir avec le magnétisme, notre prochain sujet vous parlera vous l'aurez compris de ce sujet très houleux qui concerne les "sorciers", que je conclus.
    - Alors sur ce les amis à bientôt et désolé pour le retard."

     

     

    Pour aller plus loin :
    Culture sciences physiques
    Mesmer (source pour photo aussi) 
    - Définition du magnétisme : encyclopédie Larousse
    L'histoire de l’électromagnétisme.

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique