• BIG BANG 

    Illustrations et conte de Catline Danse

    Toute reproduction, en tout ou en partie, sous quelque forme que ce soit,est interdite sans l'autorisation préalable de l'auteur

    BIG BANG

    Était-il un ?

    Était-il tout à la fois ?

    Ou n'était-il rien ?

    Toujours est-il, qu'il vivait dans le plus grand

    silence ;

    sommeillant tel le chat roulé en boule

    au fond de son panier.

    BIG BANG

    À quoi ressemblait-il ?

    À un point.

    Mais pas n'importe quel point !

    Car à l'intérieur de ce point, existait

    tout.

    BIG BANG

    Et tout commençait à se sentir à l'étroit,

    enfermé dans ce point.

     

    Alors, il fit de savants calculs

    afin de prendre plus de place.

    BIG BANG

    Mais il devait faire très attention,

    car tout ce qui était à l'intérieur de lui avait

    une très grande importance !

    Si une seule des choses qu'il contenait venait

    à mourir,

    lui aussi mourrait !

    BIG BANG

    Donc il prit tout son temps.

     

    Quand enfin

    il fut sûr d'avoir trouvé la bonne formule,

    il éternua de toutes ses forces.

    Si fort que cela fit :

    BIG BANG !

    BIG BANG

    Ainsi, de cet incroyable éternuement,

    il devint plusieurs points ;

    tous ramassés les uns contre les autres.

    BIG BANG

    Mais cela ne suffisait pas.

    Tout n'avait pas assez d'espace,

    alors il se décida à en créer.

    Pour cela, il s'étira,

    s'étira,

    s'étira encore et encore ;

    comme le ferait un chat sortant de son panier,

    après un bon repos.

    BIG BANG

     

    Plus Tout s'étire et plus il donne naissance

    aux étoiles, aux planètes,

    au soleil...

    Il s'émerveille de voir toutes ces choses qui sortent

    de lui.

    BIG BANG

    Il ne pensait pas que ce serait si beau à voir.

    Tout grandit de plus en plus, formant de jolies

    constellations,

    créant encore plus d'espace,

    dessinant la voie lactée...

    Tout rit de tout son cœur.

    Il aime tout ce qui émane de lui.

    Il n'est plus rien.

    Il n'est plus un seul point.

    Il est une multitude.

    Tout ce qui est, vient de lui.

    Ils sont des milliards éparpillés ainsi dans tout

    l'espace.

    Et à eux tous, ils ne forment qu'un.

    Ils sont nés de rien et sont devenus tout.

    BIG BANG

    Et,

    au milieu de cette multitude,

    est née la Terre.

    Ainsi commence l'histoire de notre Univers.


    1 commentaire
  • Lola et la tartine de chocolat 

    Illustrations et conte de Catline Danse

    Toute reproduction, en tout ou en partie, sous quelque forme que ce soit,est interdite sans l'autorisation préalable de l'auteur

     

      Lola aime sa maison au milieu des champs. Elle habite une petite ferme dans le Maine et Loire, en France. Ses parents sont maraîchers et cultivent depuis des générations des fruits et légumes en agriculture raisonnée. (source image) Un jour, elle a fait un exposé Lola et la tartine de chocolaten classe sur leur métier, en expliquant qu'ils cultivent la terre en la respectant et en évitant tous les produits qui pourraient la polluer. Et, même si ce n'est pas toujours facile à la maison, car l'argent manque, son papa, Stéphane et sa maman, Lucie, trouvent trop important l'avenir de leur Terre pour changer leur façon de vivre. (source image)

    Lola et la tartine de chocolat     Lola, du haut de ses huit ans, doit souvent se débrouiller seule le soir en rentrant de l'école car ses parents sont encore dans les champs. Même ses frères et sœurs, qui sont plus grands qu'elle, rentrent plus tard. Alors, dès qu'elle arrive chez elle, elle goûte d'une tartine de pain avec un peu de beurre ou du bon miel que la voisine troc contre des légumes, puis elle fait sagement ses devoirs. Dès que tout cela est fait, elle saute dans sa paire de bottes et fonce jouer avec les autres enfants des alentours. (source image)

     

         Mais ce soir en rentrant de l'école Lola n'a pas envie d'être sage comme les autres fois ! Sa journée à été difficile. D’abord, elle s'est disputée avec sa meilleure amie et puis après il y a eut ce nouvel élève, qui est arrivé dans la classe et qui n'a pas arrêté se moquer d'elle !

    Lola et la tartine de chocolatJean, il s'appelle ; c'est un nouveau qui arrive tout droit de Paris. Et ce garnement ne l'a pas respecté du tout. Il a passé la journée à critiquer ses vêtements, sa coupe de cheveux, son cartable… Lola n'en pouvait plus ! Bien sûr que ses affaires avaient servis ses sœurs avant elle et jusqu'à ce soir où la colère la gagne, Lola s'en contentait . Tout à coup, elle en veut à ses parents pour tous ses désagréments. (source image)
    Elle se tourne vers le grand miroir accroché à la porte d’entrée et se contemple quelques instants. La mine renfrognée qui lui fait face ne lui plaît pas du tout ! Elle ne supporte plus ses cheveux longs, châtains clair et épais ; elle déteste cette frange qui lui donne un air niais et ce pantalon qui est vraiment trop démodé ! Lola a envie de hurler tellement Jean l’a mise de mauvaise humeur. Elle prend son cartable qu’elle trouve encore plus moche que son pantalon et le balance au travers de la pièce. 
         « Ce n’est plus possible, pense-t-elle, il faut que je trouve une solution pour que Jean ne se moque plus de moi ! »

    Lola et la tartine de chocolat     Lola s’assoie sur une des chaises autour de la table de la cuisine et regarde autour d'elle. Elle voit son cartable qui a atterrit près de l’armoire où sont stockées toutes les bonnes choses que ses grands-parents amènent. Depuis qu'ils sont partis dans la Sud, pour leur retraite, à chacune de leur visite ils viennent avec une gourmandise. Lola sait qu’il reste encore deux immenses pots de pâte à tartiner au chocolat ainsi qu'un paquet de chocolat fondant dans l’armoire qu’on ne sort que le weekend pour les goûters en famille. (plage de Saint Cyprien) Mais aujourd'hui Lola se moque bien de ces grandes occasions. Tout le long du chemin, en rentrant de l'école elle a ruminé, rêvant de jolis vêtements, d'un cartable neuf et d'aller chez le coiffeur pour lui faire une jolie coupe afin que Jean ne se moque plus d'elle : "Et ce qu’elle a vu dans le miroir donne complètement raison à ce garçon" pense-t-elle. Lola est tellement submergée par sa colère qu’elle n’est même plus capable de voir combien elle est très jolie.

         Alors sur un coup de tête elle prend le grand pot de pâte à tartiner au chocolat et les chocolats fondants. Elle se coupe une grande tartine de pain et dessus elle étale plein de beurre. Ensuite, elle prend une banane dans le panier à fruits, l'écrase et la mélange avec six grosses cuillerées à soupe de cette alléchante pâte à tartiner. Quand sa préparation est à son goût, elle en recouvre la tartine beurrée. Par dessus elle y ajoute quelques chocolats fondant. Elle n’en a vraiment plus rien à faire des recommandations de sa maman de faire des économies. Lola n’a qu’une envie : noyer son chagrin dans les gourmandises.

    Lola et la tartine de chocolat 

         Pendant qu’elle se prépare ce délicieux goûter, lui revient l'histoire du petit bonhomme de pain d'épice que sa maman lui raconte souvent le soir avant de s'endormir. Elle se dit que ce serait amusant de faire pareil, et passe à l’action aussitôt : elle coupe une deuxième tranche de pain dans laquelle elle fait une tête, deux jambes et deux bras. Avec du fils de cuisine elle réunit les morceaux et sourit devant le résultat, les doigts plein de chocolat et de banane. Lola utilise d'autres chocolats fondants pour dessiner les yeux, la bouche, le nez et les oreilles.

    Lola et la tartine de chocolatPrête à croquer à pleine dents dans sa tartine, elle entend venir de ses mains une petite voix indignée :
    « Comment oses-tu vouloir me manger, toi qui viens de me donner la vie ? »
    Lola, toute éberluée se frotte les yeux. Elle est bien embêtée par la tournure des événements. (source image)
    « Mais je ne pensais pas en te donnant cette forme que tu prendrais vie ! Ce n'est que dans les contes que les choses se passent ainsi ! s'exclame-t-elle.
    - Bien sûr que non ! répond la tartine
    - Je vais manger quoi maintenant moi, pour mon goûter ? Tu es très appétissante et j'ai très faim !  dis Lola très mécontente de voir son goûter lui filer comme cela entre les mains.
    - J'ai une idée ! Allons-nous promener. Pendant ce temps tu réfléchiras à ce que tu veux faire, et si tu veux toujours me manger en rentrant, je n'aurais qu'à m'incliner devant ta décision, lui répond la tartine d'un air suppliant.
    - Oui, c'est ça ! Et à la moindre occasion, tu t'enfuiras et sera mangé par le premier renard venu. Non et non ! Je ne suis pas d’accord, dis Lola de plus en plus contrariée.
    - Tu n'auras qu'à bien me tenir la main, ainsi tu seras sûre que je resterais prêt de toi, lui dit la tartine excitée à l'idée de cette aventure. »
    Lola se gratte la tête, et se dit que cela peut être une bonne idée, d'autant qu'elle rechigne à manger une tartine qui parle. Sa tartine étant toute petite ; elle ne mesure pas plus de trente-cinq centimètre ; Lola décide de lui fabriquer des échasses pour être de la même taille et marcher main dans la main. Alors elle l’emmène dans l'atelier de son papa et prend de grands morceaux de bois de balsa dans lesquels elle lui fabrique une paire d'échasse. Elle sait que Stéphane ne sera pas content, car il fabrique des petitsLola et la tartine de chocolat avions télécommandés avec ce bois, qu'il vend pour arrondir les fins de mois. Mais comme le balsa étant un bois très léger, elle trouve ingénieux de faire des échasses avec, car sa tartine n'est pas très musclée et qu'un autre bois serait trop lourd pour elle. (source image)

         La tartine très émue de cette touchante attention remercie Lola et se faisant quelques chocolats en forme de cœur tombe de sa bouche. Lola les ramasse et les goûte. Elle les trouve divins. Ils ont une saveur nouvelle, qu'aucun chocolatier, elle en est sûre, n'a encore atteint. Un mélange subtil de pâte à tartiner, banane, beurre et chocolat fondant. Le parfait mélange pour contenter toutes les papilles gustatives enfantines. La bouche pleine de ces bons chocolats, Lola part à travers champs accompagnée de sa tartine sur ses échasses. Le tableau vu de loin est très amusant.

     

    Lola et la tartine de chocolat

         « Dis Lola, maintenant que tu m'as donné la vie, pourquoi ne me choisirais tu pas un joli prénom ? demande la tartine toute heureuse que Lola soit d'accord pour lui donner une chance.
    - Oh oui ! C'est une bonne idée ! s’exclame-t-elle. Comment pourrais-je t'appeler ? Pourquoi pas Magicolat ? Tu es une tartine magique. Non seulement tu parles mais en plus tu me donnes de bons chocolat ! Et grâce à cela j’ai fais un bon goûter, suggère Lola ravie de la tournure des événements.
    - J’adore ! Il est très joli ce prénom, merci, répond la tartine de plus en plus joyeuse. »
    Magicolat applaudit toute heureuse d'être ainsi nommé et de sa bouche tombent de nouveaux chocolats en forme de cœur. Lola comprends qu'à chaque fois qu'elle est gentille, Magicolat fabrique de bons chocolats.
    « J’ai pris ma décision Magicolat. Je ne peux vraiment pas te manger, surtout que tu es vivante ! En plus tu fais les meilleurs chocolats du monde. Je crois, si tu le veux bien que je vais te garder auprès de moi, dit-elle très solennellement.
    - Merci Lola, tu es vraiment très gentille, répond Magicolat très émue, avec quelques petites larmes de joie coulant sur ses joues. »
    Lola et la tartine de chocolatDe nouveau une dizaine de chocolats sortent de la bouche de Magicolat. Tout en se promenant Lola ramasse les chocolats que son amie sème sur leur chemin, et les réunit dans le creux qu'elle a fait avec son pull. Tout à coup près de l'orée du bois surgit une petite fée. Lola est totalement subjuguée : ainsi les contes disent vrais !

        « Bonjour. Je suis Ludivine, la fée de ces bois. Je vous ai entendu et j'ai un cadeau pour vous. Lola en agissant comme tu l'as fait avec Magicolat, tu as ouvert une porte vers le monde magique. Aussi pour te remercier de ta gentillesse, je vais finaliser l'intégration de la vie dans ta tartine de chocolat ; Ludivine joignit le geste à la parole et sorti sa baguette magique :  Oupadi, oupada, qu'en cet instant Magicolat intègre totalement la vie. »

         À peine la formule récitée, qu’une multitude de paillettes multicolores descendent sur Magicolat qui se met à tourbillonner dans les airs. De vraies mains apparaissent au bout de ses bras et des pieds naissent au bout de ses jambes ; ses yeux prennent la couleur bleus turquoise ; sa bouche se dessine dans le même rose que les bonbons ; son nez tout bleu en trompette fait rire Lola. Magicolat qui était toute plate avant l'intervention de Ludivine, devient ronde et très jolie. Elle n’arrête pas de rire en se voyant ainsi transformée. Maintenant, elle ne risque plus de fondre ni de tomber en miette avec le temps. Elle sautille de joie et pleine d'amour n'en fini pas de déverser des chocolat-cœur tout autour d'elle. Lola la prend dans ses bras et la serre aussi fort qu'elle le peut sans pour autant lui faire de mal. Ludivine regarde d'un air attendrie ces deux nouvelles amies qui ensemble ont découvert la magie et le pouvoir de création que Lola détient entre ses doigts.

    Lola et la tartine de chocolat

         « Merci Ludivine pour ce joli cadeau que tu nous a fait. Moi qui croyais que tout cela n'existait que dans les livres ! Merci à Jean aussi et à ma meilleure amie, car sans eux, je n'aurais pas été fâchée et je n'aurais pas fais Magicolat. Finalement tout est parfait ! C'est merveilleux ! Et en plus, je découvre que les fées existent.
    - Prends bien soin de ta nouvelle amie et veille à ce que personne ne lui fasse de mal. Vous devrez garder le secret de l'existence de Magicolat et si tu dois révéler sa présence, assure toi qu'il s'agit de gens sur qui tu peux compter.
    - Oui, je te le promets Ludivine, à bientôt. »
    Ludivine sur ces entre-faits disparaît sous les yeux de Lola et Magicolat. Toutes les deux échangent un regard complice et se mettent à rire de bon cœur.

         Lola regarde l'heure et s'aperçoit qu'il commence à être tard. Elle décide de rentrer à la maison et de remettre de l'ordre, car elle a laissé le bazar derrière elle ; et tout à coup, elle ne se sent pas très fière d'elle. Magicolat remonte sur ses échasses et tout en discutant de leur aventure les deux amies rebroussent chemin.
    À peine arrivée, Lola aidée de Magicolat commence par ranger l'atelier de son papa ; puis elle rentre vite dans la maison, remet tout en place, range son cartable et entreprend de préparer un bon repas pour toute la famille. Ensuite elle dresse la table. Quand elle a tout finit, elle court mettre Magicolat à l'abri des regards dans sa chambre. Elle consacre dans le bas de son armoire un grand espace pour queLola et la tartine de chocolat Magicolat soit à l'aise. Elle lui fait un joli lit avec le berceau de sa poupée, lui met une petite lampe solaire et laisse la porte de l'armoire entre-ouverte pour que Magicolat puisse se déplacer comme elle le veut dans la chambre. (image)

         « Nous allons faire un code Magicolat. A chaque fois que j'arriverai près de la porte je sifflerai l'air de « douce nuit ». Si tu entends du bruit sans être accompagné de cette chanson, cache-toi vite dans l'armoire. 
    - Mais je ne la connais pas, tu peux me siffler l'air. »

         Lola lui chante la chanson de douce nuit, puis laisse Magicolat dans sa chambre pour finir ce qu'elle a à faire. Elle prend un petit sac en papier recyclé dans le tiroir de la cuisine, et y range les chocolats ramassés en chemin puis elle cache le sac dans son cartable. Ensuite elle court très vite à la douche et se met en pyjama. Ce soir ses devoirs ne seront pas faits et elle n'est pas très rassurée, car elle ne sait comment faire pour que ses parents ne se fâchent pas. Mais si sa journée a mal commencée, il semble que Magicolat ait apporté beaucoup de magie tout à coup dans sa vie, car en rentrant ses parents ne lui posent aucune question. Ils sont très fatigués de leur journée et après s'être douchés les uns après les autres, ils passent à table en constatant avec joie que Lola a tout préparée. Toute la famille l'a félicite d'avoir tout fait à la maison et d'avoir été aussi sage et responsable. Lola baisse la tête et rougit de honte. Tous pensent qu'elle rougit de plaisir d'entendre ces éloges. Lola n'ose les contredire, préférant les laisser se reposer de leur dure journée de labeur sans y ajouter des remontrances pour ses bêtises. Même ses frères et sœurs qui d'habitude la taquine et la considère comme un bébé la complimentent à qui mieux mieux. 

        Lola et la tartine de chocolat Ravie et le cœur plein de soleil, Lola monte se coucher après avoir aidé à tout ranger. Elle s'endort très vite et rêve de Magicolat et des bons chocolats qu'elle lui donne à chacune de ses gentillesses. Elle a d'ailleurs trouvée encore une centaine de chocolat près d’elle en entrant dans sa chambre. N'ayant pas de sacs à sa disposition, elle les a rangés dans son coffre à jouets. Le matin, en se levant, Lola demande à son amie ce qui lui ferait plaisir et si elle a besoin de se nourrir. Magicolat, une fois de plus étourdie par tant de prévenance répond qu'elle n'a besoin de rien et en même temps laisse encore tomber une dizaine de chocolat de sa bouche. Lola est très heureuse : elle voit à quel point en étant gentille elle reçoit en échange, c'est pour elle une très bonne leçon. (image)

         Impatiente de faire goûter ses bons chocolats à ses camarades de classe, elle en oublie de prendre son petit déjeuner et court le cœur léger vers l'école. Aujourd'hui les attaques perfides de Jean ne l'atteignent pas. Elle lui fait même profiter de ses bons chocolats. Tout au long de la journée les enfants demandent et redemandent ces délicieuses gourmandises. Même la maîtresse qui surprend les enfants demande à les goûter et les trouve absolument exquis.
    En quelques jours la réputation des chocolats de Magicolat dépasse les frontières du village, et il se répand de ville en ville que l'on trouve des chocolats d'une grande délicatesse dans un petit village du Maine et Loire du nom de Meigné. Tant et si bien, qu'un jour, un chocolatier de grand renom, monsieur Pignon, débarque chez les parents de Lola et leur demande s'ils accepteraient de les commercialiser. Les parents de Lola intrigués interrogent leur fille. Ils avaient été tant débordés ces dernières temps qu'ils n'avaient pas eut vent de ce qui se passait autour d'eux. Alors Lola les fait monter dans sa chambre et leur raconte toute l'histoire. Ses parents hésitent entre colère et joie devant ces événements. Ils décident de remettre cette discussion à plus tard et descendent retrouver Monsieur Pignon. Très vite ils se mettent d'accord sur les conditions pour vendre les chocolats tout en gardant les secrets de leur fabrication.

         Avec cette nouvelle entrée d’argent tout change à la maison. On embauche des ouvriers pour aider à la ferme et les enfants peuvent ainsi se consacrer entièrement à leurs études. Quant à Lola, elle décide de garder ses vêtements qui finalement lui conviennent bien. Elle en achète tout de même quelques uns qu'elle garde pour les grandes occasions. À l’école Jean ne se moque plus d’elle, ils sont même devenus inséparables avec sa meilleure copine et lui. Il a finit par comprendre que la tenue vestimentaire ou l’apparence ne sont pas gages de gentillesse.

         Magicolat est très vite adoptée par toute la famille qui l’a trouve très mignonne, d’autant que depuis qu’elle est entrée dans la vie de Lola, la petite travaille de mieux en mieux à l’école et s’intègre plus facilement. Alors pour la remercier, Stéphane fabrique plusieurs meubles miniatures et une petite maison pour Magicolat qu’il met dans la chambre de Lola. Lucie, elle, lui confectionne de jolis vêtements.      Dans la cuisine, ils installent une chaise conçue spécialement pour elle, de sorte qu’elle puisse être avec eux le plus souvent possible. Cette dernière est tellement heureuse, qu’elle donne des chocolats à profusion.
    « Tu sais Magicolat, tu n’es pas obligée de nous donner toutes ces gourmandises. Nous t’aimerons quand même sans cela ; lui dit Lucie qui ne sait plus où stocker les chocolats tellement il y en a.

    - Mais je n’y peux rien Lucie. Dès que je suis heureuse, ils sortent tout seul ! lui répond Magicolat."
    Grâce à cette abondance que Magicolat apporte à la famille, non seulement Lola et sa famille vivent mieux mais en plus ils en font profiter les gens dans le besoin et c'est ainsi que se termine cette histoire.

     

     

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique